Angleterre, Allemagne: des voyages sous restriction


Face à la recrudescence des cas de Covid-19 en Europe et notamment dans l’Hexagone, l’Allemagne a annoncé placer l’Île-de-France, la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur et la Guyane française sur sa liste de zones à risque et déconseille donc « les voyages touristiques, non indispensables » à destination de ces zones.

Pour les voyageurs en provenance de ces secteurs, Berlin demande également de présenter un test coronavirus négatif ou de se rendre directement à leur destination finale afin de s’isoler pendant une période de deux semaines. Les résultats du test de dépistage du coronavirus ne doivent pas remonter à plus de 48 heures et doivent provenir d’un laboratoire d’un Etat membre de l’UE ou d’un des pays listés par l’Institut Robert Koch.

Pour les voyageurs n’ayant pas de certificat médical de nombreux aéroports allemands disposent d’installations où il est possible de se faire tester gratuitement. Autrement, il est demandé aux voyageurs de s’isoler et de contacter les services dédiés en cas de symptômes. Cette obligation de quarantaine « ne s’applique pas aux voyageurs en transit en Allemagne qui ne présentent aucun symptôme d’infection par le Covid-19 », indique le site du gouvernement.

Quatorzaine au Royaume-Uni

Cette décision allemande rejoint celle récemment prise par la Grande-Bretagne. En effet, le gouvernement britannique a annoncé mi-août des mesures de restriction pour les voyageurs en provenance de l’Hexagone dont la mise en place d’une quatorzaine pour tous les passagers.

Depuis le samedi 15 août à 4 h 00 du matin (5 heures, heure de Paris), tous les voyageurs venant de France doivent déclarer un lieu d´auto-confinement au Royaume-Uni, dans lequel ils devront se tenir isolés pendant deux semaines. 

Concrètement, comment cela se passe ? Contrairement à l’Allemagne, le test de dépistage PCR n’est pas obligatoire pour les déplacements entre la France et le Royaume-Uni et le fait d’avoir un certificat médical n’exempte pas la mise en quarantaine à l’arrivée au Royaume-Uni. Ainsi, chaque voyageur doit remplir un formulaire en indiquant plusieurs informations comme un moyen de le contacter, son adresse de résidence ou de séjour et ses informations de voyage.

Cette démarche est nécessaire et s’effectue directement sur le site du gouvernement britannique. En cas de refus, il est possible de vous voir refuser l’entrée au Royaume-Uni (si vous n’êtes pas un citoyen britannique), ou de vous voir infliger une amende de £100 (111 €).

Il faut donc prévoir un logement sur place, et ne prévoir aucune sortie sur les quatorze jours suivant son arrivée, si vous n’avez pas d’adresse en Grande-Bretagne où vous isoler en toute sécurité les agents frontaliers peuvent fournir des adresses où s’isoler à vos frais. Les voyageurs peuvent s’auto-confiner, à leur domicile, dans un hôtel ou chez de la famille et des amis.

Toutefois les autres personnes résidant dans le même foyer devront potentiellement se confiner également, si le voyageur présente des symptômes. Le gouvernement britannique a diffusé une infographie permettant de s’y retrouver selon les différents cas de figure : 

 

« Toute personne qui enfreindrait ces conditions obligatoires d’isolement est passible d’une amende de £1.000 à £3.200 (entre 1.111 et 3.555€) ou de poursuites « ,  détaille le gouvernement britannique.

« Mesure de réciprocité »

Pour les personnes voyageant du Royaume-Uni vers la France cette fois-ci, il est peut-être demandé selon les compagnies de transport de fournir une attestation sur l’honneur précisant qu’elles ne présentent aucun symptôme d’infection au Covid-19 et qu’elles n’ont pas été en contact avec une personne infectée au cours des deux semaines précédant leur voyage.

Jusqu’alors une quatorzaine volontaire était demandée aux voyageurs entrant en France depuis les pays européens, par réciprocité. Ce lundi 24 août, le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, Clément Beaune, a par ailleurs annoncé des mesures de réciprocité à cette quatorzaine imposée aux voyageurs arrivant au Royaume-Uni depuis l’Hexagone. « Nous aurons une mesure qu’on appelle de réciprocité pour que nos amis britanniques ne ferment pas la frontière dans un seul sens », a-t-il déclaré sur France 2. Ces mesures devraient arriver « dans les prochains jours », a-t-il indiqué.

Hier, près de 2.000 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés en France au cours des dernières 24 heures, selon les chiffres publiés par la Direction générale de la Santé. 

Face à la recrudescence des cas de Covid-19 en Europe et notamment dans l’Hexagone, l’Allemagne a annoncé placer l’Île-de-France, la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur et la Guyane française sur sa liste de zones à risque et déconseille donc « les voyages touristiques, non indispensables » à destination de ces zones.

Pour les voyageurs en provenance de ces secteurs, Berlin demande également de présenter un test coronavirus négatif ou de se rendre directement à leur destination finale afin de s’isoler pendant une période de deux semaines. Les résultats du test de dépistage du coronavirus ne doivent pas remonter à plus de 48 heures et doivent provenir d’un laboratoire d’un Etat membre de l’UE ou d’un des pays listés par l’Institut Robert Koch.

Pour les voyageurs n’ayant pas de certificat médical de nombreux aéroports allemands disposent d’installations où il est possible de se faire tester gratuitement. Autrement, il est demandé aux voyageurs de s’isoler et de contacter les services dédiés en cas de symptômes. Cette obligation de quarantaine « ne s’applique pas aux voyageurs en transit en Allemagne qui ne présentent aucun symptôme d’infection par le Covid-19 », indique le site du gouvernement.

Quatorzaine au Royaume-Uni

Cette décision allemande rejoint celle récemment prise par la Grande-Bretagne. En effet, le gouvernement britannique a annoncé mi-août des mesures de restriction pour les voyageurs en provenance de l’Hexagone dont la mise en place d’une quatorzaine pour tous les passagers.





challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire