Christophe Girard, visé par une enquête pour viol, se met « en retrait » de la vie politique


Une mise en retrait mais pas de démission, réclamée par plusieurs féministes. Visé par une enquête pour viol, l’ex-adjoint à la maire de Paris Christophe Girard a annoncé ce mardi 18 août sa décision de se mettre en retrait de la majorité au sein du Conseil de Paris, dans une déclaration transmise à l’AFP par son avocate.

Alice Coffin, la nouvelle « guérillère »

« Par souci de sérénité et du bon fonctionnement de la majorité au sein du Conseil de Paris, j’ai proposé à Anne Hidalgo [la maire de Paris, ndlr] et à Rémi Féraud, président du groupe Paris en commun [structure de campagne d’Anne Hidalgo, ndlr], ma mise en retrait le temps de l’enquête préliminaire et pour mieux me défendre », a déclaré Christophe Girard, qui reste élu au Conseil et au conseil municipal du XVIIIe arrondissement.

« Des blessures psychologiques durables »

Plus tôt dans la journée, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « viol » afin d’examiner les accusations portées contre l’ex-adjoint à la maire de Paris, Christophe Girard, par un homme qui a témoigné dans le « New York Times ». L’enquête sur ces faits, qui se seraient déroulés dans les années 1990, a été ouverte des chefs de « viol par personne ayant autorité » et confiée à la brigade de protection des mineurs.TRIBUNE. « Christophe Girard a le droit de se défendre. Mais pas de dire n’importe quoi »

Son accusateur, Aniss Hmaïd, a raconté au quotidien américain avoir été entraîné par Christophe Girard, après leur rencontre en Tunisie à l’été 1989 quand il avait 15 ans, dans une relation abusive de près de dix ans qui lui a laissé « des blessures psychologiques durables ».

Poussé fin juillet à la démission de son poste d’adjoint en raison de ses liens avec l’écrivain accusé de pédophilie Gabriel Matzneff, Christophe Girard dément fermement et conteste toute relation sexuelle avec son accusateur. Il a dénoncé dimanche des allégations « graves » et « sans fondement ». L’élu municipal avait annoncé, par la voix de son avocate, son intention de porter plainte pour « dénonciation calomnieuse ».

Hidalgo « satisfaite » de l’ouverture d’une enquête

A la Mairie de Paris, l’ouverture de l’enquête, a conduit les derniers soutiens de Christophe Girard au sein de la majorité, à changer de ton.

La Maire de Paris, Anne Hidalgo, après avoir soutenu pendant des mois son adjoint, a déclaré dans un tweet être « satisfaite » de l’ouverture de l’enquête tout en rappelant son « soutien indéfectible à toutes les victimes de viol ».





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire