La Bourse de Paris sur une note molle pour entamer la semaine estivale (+0,18%)


La Bourse de Paris a clôturé sur une petite avance de 0,18% lundi, dans un contexte d’actualité estivale allégée hors les conséquences économiques et sanitaires du coronavirus.

L’indice CAC 40 a gagné 9,01 points pour terminer à 4.971,94 points. La Bourse de Paris avait progressé de 1,5% la semaine précédente.

« Cela a été un début de semaine calme en matière de volatilité alors que les courtiers ne semblent pas certains de la direction à prendre », analyse David Madden de CMC Markets UK.

Alors que le mois d’août offrait peu d’événements d’envergure à même d’apporter du mouvement à la Bourse, les acteurs du marché tentaient de se raccrocher aux quelques informations disponibles.

Parmi elles, les traditionnels indicateurs économiques: lundi a été annoncé un fort ralentissement de l’activité manufacturière dans la région de New York en août.

Wall Street évoluait en petite hausse après cette nouvelle.

Les effets du coronavirus continuent à se faire sentir sur ces indicateurs ainsi que sur l’économie mondiale alors que la pandémie a fait 770.000 morts et que les restrictions de circulation se multiplient, notamment en Espagne lundi.

En plus des mesures de restrictions, ce climat peut influer sur « la confiance des ménages et des entreprises », tout aussi nécessaires à la reprise, rappelle Milan Cutkovic, analyste d’AxiCorp.

Egalement au rang des nouvelles économiques moroses lundi, le Japon, troisième économie mondiale, a accusé une chute historique de 7,8% de son PIB au deuxième trimestre.

Autre source de pression à la baisse sur les indices, le report des négociations commerciales entre Washington et Pékin, initialement prévues samedi. « Les investisseurs ont été légèrement déçus », estime Pierre Veyret, analyste d’ActivTrade.

Sur le front des valeurs à Paris, Pernod Ricard (+3,29% à 147,55 euros) a profité de l’appréciation de sa recommandation à « surpondérer » par les analystes de Barclays.

A l’inverse, Unibail-Rodamco-Westfield a chuté de 4,89% à 40,81 euros. La foncière a réagi à « des rumeurs de marché » sur « une éventuelle augmentation de capital », en affirmant qu’aucune décision n’a encore été prise sur des « options supplémentaires de réduction de l’endettement », en plus de cessions d’actifs.

OL groupe a bondi de 5,48% à 2,31 euros. Le club s’est hissé en demi-finale de la prestigieuse Ligue des champions pour la deuxième fois de son histoire en déjouant les pronostics pour battre Manchester City samedi.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire