Gallardo emmène la relève guatèmaltèque



  • Une nouvelle génération est prête à porter le Guatemala vers les sommets
  • Carlos Gallardo espère voir sa sélection briller en qualifications de la Coupe du Monde
  • Pour la première fois en 20 ans, l’équipe devra faire sans le légendaire Carlos Ruiz

Alors que le Guatemala n’a jamais participé à la phase finale de la Coupe du Monde de la FIFA™, une nouvelle génération espère changer la donne et ainsi offrir aux Chapines une place au dernier tour des qualifications CONCACAF et peut-être une première participation à la compétition mondiale. Si le sang frais injecté s’est avéré crucial, on ne peut pas ignorer l’importance des joueurs d’expérience, comme Carlos Gallardo. Le défenseur de 36 ans compte 57 sélections et a participé à trois campagnes qualificatives pour la Coupe du Monde.

Alors que les qualifications sont sur le point de commencer en CONCACAF, Gallardo estime que la Guatemala peut réaliser de belles choses jusqu’à atteindre la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022™. « Ce ne sera pas facile de se qualifier », prévient pourtant Gallardo sur Concacaf.com. « Cela dépend évidemment de l’adversaire et de la tête de série que nous allons affronter, mais quel qu’il soit, nous pensons disposer des armes et des qualités nécessaires pour continuer et atteindre le tour final, et nous qualifier pour une Coupe du Monde, le rêve de tout Guatémaltèque. »

Au premier tour, le Guatemala affrontera quatre équipes dans un mini-tournoi. Gallardo sait parfaitement à quoi s’en tenir. « Le travail individuel et le travail collectif doivent être impeccables. Le format ne donne pas droit à l’erreur parce qu’il n’y a pas de matches aller-retour », rappelle le joueur du CSD Municipal. « Ça se joue sur un seul match. Nous savons que notre dernier match sera à l’extérieur contre l’équipe la mieux classée. Il faudra engranger le plus de points possible avant cette dernière journée pour mettre toutes les chances de notre côté. Du point de vue du jeu, notre discipline et le dévouement de tous les joueurs seront primordiaux pour pouvoir poursuivre notre aventure. »

Carlos Gallardo

Intensité redoublée

Si Gallardo apprécie représenter son pays dans des tournois comme la Coupe Centraméricaine et la Gold Cup de la CONCACAF, il admet que les rencontres qualifications de Coupe du Monde sont d’une toute autre intensité. « Ce sont des matches totalement différents. Nous savons que l’objectif suprême est la qualification pour une Coupe du Monde, chose que le Guatemala n’a jamais réalisée en 100 ans d’histoire », rappelle-t-il. « En tant que joueur, c’est un objectif. Et en tant que supporter, c’est un rêve, un espoir. »

Pour la première fois en une vingtaine d’années, le Guatemala tentera de se qualifier pour la Coupe du Monde sans son attaquant vedette et meilleur buteur de la sélection Carlos Pescadito Ruiz. Malgré cette absence pesante, Gallardo croit en la nouvelle génération. « Nous connaissons tous Carlos Ruiz et ce qu’il a laissé derrière lui en équipe nationale. Il a évolué pratiquement toute sa carrière à l’étranger et nous avons toujours su que c’était le leader de l’équipe, qu’il pouvait sauver un résultat à la dernière minute », reconnaît Gallardo, qui compte lui-même trois buts en 53 séelctions. « Maintenant, il y a beaucoup de jeunes joueurs qui doivent tirer des enseignements de l’expérience de ceux qui sont encore là, prendre les points positifs et trouver les bons résultats espérés par le Guatemala. »

Les Guatémaltèques ont fait une belle entrée en matière en décrochant quatre victoires de suite dans la Ligue C de la Ligue des nations de la CONCACAF 2019/20, avec 25 buts marqués et aucun encaissé. En pleine confiance, Gallardo sait toutefois que des rencontres plus relevées les attendent en qualifications de la Coupe du Monde. La renaissance du Guatemala sur la scène internationale a aussi été facilitée par la création de la Ligue CONCACAF (SCL) que Gallardo et son actuel club, Municipal, vont disputer en fin d’année.

Gallardo, quant à lui, a connu des moments de bonheur en équipe nationale. Il a notamment inscrit, en 2008, le but égalisateur en qualifications pour Afrique du Sud 2010 contre Trinité-et-Tobago, et a fait partie de l’équipe du Guatemala qui a participé à la finale de la Coupe Centraméricaine 2014. En club, il a disputé 13 rencontres de Ligue des champions de la CONCACAF et, s’il estime avoir encore quelques saisons devant lui, il a déjà fait ses plans pour la suite. « J’ai 36 ans, ce qui n’est plus tout jeune dans le football. Heureusement, je me sens encore bien. Plus tard, en revanche, je ne me vois pas être entraîneur, mais plutôt dirigeant d’un club. Je pense que c’est mon avenir », conclut-il.

 Supporters of Guatemala cheer



Fifa

A lire aussi

Laisser un commentaire