Le déficit public des Etats de l’Union européenne



Carte et comparatif


13.08.2020

Noémie Galland-Beaune

Les effets de la pandémie mondiale du Covid-19 sur l’économie se sont déjà fait sentir lors du premier trimestre 2020. Le déficit public des pays de l’Union européenne atteint alors, en moyenne, 2,3%.

Au premier trimestre 2020, le déficit public de l’Union européenne s’est élevé à 2,3 % du PIB, soit une hausse de 1,5 point par rapport au dernier trimestre 2019. Dans la zone euro, le déficit a représenté 2,2 % du PIB, soit une hausse de 1,4 point en trois mois.

Dans l’UE27, les recettes publiques se sont établies à 46,3 % au premier trimestre 2020, soit une très légère aussi par rapport au trimestre précédent. Les dépenses publiques totales, elles, ont dans le même temps augmenté de 16 milliards d’euros, passant de 46,7 % à 48,6 % du PIB en moyenne.

La dette publique, qui représente la dette de l’Etat, c’est-à-dire l’ensemble des emprunts contractés par l’Etat, ne doit pas être confondue avec le déficit public qui est un solde annuel négatif entre des recettes et des dépenses.

La dette publique des Etats de l’Union européenne

Treize pays ont désormais atteint ou franchi le seuil des 3 % de PIB de déficit public au premier trimestre 2020, comme l’Italie (-10,8 %)*, Malte (-8,5%), la Roumanie (-7,2 %) et la Grèce (-6,3 %)*. Du fait de la pandémie, peu de pays sont ainsi restés dans les clous du Pacte de stabilité et de croissance.

Seuls trois pays enregistrent un excédent public : l’Allemagne (+1,0 %), les Pays-Bas (+0,8 %) et Chypre (+3,1 %)*.

La France a vu son déficit passer de 3,7 % au quatrième trimestre 2019 à 4,8 % au premier trimestre 2020. Une hausse notable, alors que son déficit était même auparavant, et depuis 2017 passé sous la barre des 3 % du PIB.

Remarques: Les pourcentages marqués * correspondent à des données non ajustées. Ainsi, les variations saisonnières de ces données n’ont pas été corrigées. La correction des variations saisonnières permet d’éliminer l’effet des fluctuations saisonnières normales sur les données, comme les emplois saisonniers pendant l’été et les mises à pied pendant l’hiver dans le secteur de l’agriculture par exemple, afin d’en faire ressortir les tendances fondamentales.

 Déficit : qu’est-ce que la règle européenne des 3 % ?



touteleurope

A lire aussi

Laisser un commentaire