Face aux critiques après sa visite au Liban, Macron réfute toute « ingérence »


Sa visite avait fait grincer quelques dents. Emmanuel Macron a balayé jeudi les critiques d’une partie de la classe politique l’accusant d’« ingérence » au Liban, et plaidé une « amitié, aide, exigence » entre les deux pays pour justifier ses demandes de réforme.

Beyrouth : « J’ai eu l’impression d’assister à des scènes de guerre »

« Je ne suis pas en train de donner un diktat aux dirigeants », a déclaré le chef de l’Etat, dans une interview accordée à BFMTV à l’occasion de sa visite à Beyrouth, mais « les trois semaines qui viennent sont décisives dans l’avenir du Liban ».

« La France commettrait une erreur si elle se substituait au pouvoir politique », a estimé Emmanuel Macron, et « je ne peux pas me substituer aux dirigeants ».

« Mais, en tant que président de la République française, je ne serai pas au rendez-vous de notre histoire, de celle d’un peuple ami […] si nous n’étions pas là aujourd’hui pour répondre à l’urgence humanitaire et aider à la construction d’une solution politique », a-t-il poursuivi.

De « l’amitié », pas de « l’ingérence »

Une partie de la classe politique s’est insurgée après ces propos. L’« insoumis » Jean-Luc Mélenchon a mis « en garde contre une ingérence dans la vie politique du Liban », tandis que le vice-président du Rassemblement national, Jordan Bardella, a estimé que « le one man show arrogant et moralisateur auquel s’est livré Emmanuel Macron, [jeudi] à Beyrouth, est indécent ».

Beyrouth : « Nous avons vécu plein d’épisodes traumatisants, mais celui-ci est sans précédent »

Le chef de l’Etat a réfuté toute ingérence, et estimé que l’action de la France relève d’« amitié, aide, exigence mais pas [d’une] ingérence ».

« Si la France ne joue pas son rôle […], l’ingérence, elle sera celle d’autres puissances : elle sera iranienne, elle sera turque, elle sera saoudienne, elle sera des tas d’autres puissances de la région », a insisté le chef de l’Etat français.

Au moins 137 morts

Après les violentes explosions mardi soir ayant causé la mort de plus d’une centaine de personnes et blessé 5 000 autres, le président français avait auparavant annoncé de nouvelles aides humanitaires pour les sinistrés et demandé aux dirigeants libanais de mettre en œuvre des réformes pour redresser un pays en proie à une crise politique, sociale, économique et financière depuis plusieurs mois.

Ce que l’on sait des fortes explosions à Beyrouth

Il a souhaité « un dialogue de vérité » avec les autorités et rappelé que la France porte « l’exigence […] depuis des mois pour ne pas dire des années de réformes indispensables » dans « certains secteurs du pays. » « Si ces réformes ne sont pas faites, le Liban continuera de s’enfoncer », a mis en garde Emmanuel Macron, qui a annoncé revenir au pays du Cèdre en septembre.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire