les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées à Paris


L’avocate et figure féministe Gisèle Halimi est morte le 28 juillet à l’âge de 93 ans. Ses proches mais aussi de nombreux anonymes sont venus saluer une dernière fois son combat au cimetière du Père-Lachaise, à Paris.

« Merci Gisèle ! » peut-on lire sur une pancarte devant le crématorium du Père-Lachaise à Paris le 6 août où une centaine de personnes s’étaient rassemblées pour les obsèques de l’avocate Gisèle Halimi, figure du féminisme morte le 28 juillet. Même si le combat continue, rappelle Josiane, militante depuis 1973 : « Le féminisme et la lutte des femmes, c’est un peu comme si on prenait un tapis roulant à l’envers. Dès qu’on arrête, on recule. C’est-à-dire qu’on ne peut pas s’arrêter. C’est une lutte qui n’arrête jamais ».

Les obsèques de Gisèle Halimi ont été célébrées le 6 août, au crematorium du Père Lachaise à Paris. (LEO TESCHER / RADIOFRANCE)

Une lutte héritée de la signataire du manifeste des 343 en 1971. Gisèle Halimi, la féministe mais aussi l’avocate à laquelle le bâtonnier de Paris est venu rendre hommage : « Elle a gardé toute sa vie cette énergie, ce courage incroyable de la défense qu’elle avait chevillé au corps. Moi, j’ai été frappé par l’émotion chez les jeunes. Elle a laissé un exemple et elle est aujourd’hui très présente dans toutes les mémoires, notamment de jeunes avocates aujourd’hui qui en font pour elles un exemple important ».

Maître Gisèle Halimi avait démarré au barreau de Tunis en 1949 et des Tunisiennes, comme l’ancienne députée de l’Assemblée constituante Nadia Chaabane, sont venues lui rendre hommage et lui laisser un mot dans le livre de condoléances.

Je lui ai dédié un vers d’ Abou El Kacem Chebbi, un des plus grands poètes tunisiens : ‘Si un peuple veut vivre, le destin doit se plier’. Nadia Chaabane, femme politique tunisienneà franceinfo

« Gisèle Halimi a réussi à me convaincre de basculer de la lutte féministe à la lutte politique, de se battre pour des droits et les inscrire dans le marbre d’une Constitution », explique Nadia Chaabane. Une figure inspirante pour plusieurs générations de femmes, même si les féministes historiques regrettaient jeudi matin au cimetière du Père-Lachaise, l’absence de la nouvelle génération.

Léo Tescher a recueilli les réactions des personnes venues rendre un dernier hommage à Gisèle Halimi.



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire