Le maire d’un village de Gironde agressé après s’être plaint de tapage nocturne


Le maire d’un petit village de Gironde a été agressé et frappé mardi 4 août dans la soirée par un individu dans sa commune de Saint-Philippe d’Aiguille, après avoir protesté contre du tapage nocturne, a-t-on appris ce mercredi 5 août auprès de la préfecture.

Philippe Becheau, maire de cette commune de quelque 400 habitants à l’est de Libourne, avait été alerté vers 22h30 par des voisins se plaignant du bruit sur la place du village. Selon le quotidien local « Sud Ouest », un groupe de jeunes jouaient à la pétanque en écoutant de la musique à un niveau très élevé.

« Il est abîmé, choqué mais debout »

Selon les premiers éléments dont disposent les gendarmes chargés de l’enquête, Philippe Becheau, après avoir décliné sa qualité de maire, avait demandé au groupe de baisser le volume. Ce que les jeunes ont fait avant qu’un individu, « a priori fortement alcoolisé », agresse verbalement puis physiquement l’édile girondin.Un candidat insoumis agressé en pleine rue dans le Pas-de-Calais

L’agresseur a ensuite pris la fuite et est toujours activement recherché. Le portable du maire a été cassé lors l’agression, rapporte le quotidien local. « Il est abîmé, choqué, mais debout », a confié la mairie à « Sud Ouest ».

D’après un tweet du député LREM de Gironde, Florent Boudié, Philippe Becheau a d’ailleurs été hospitalisé après avoir été « roué de plusieurs coups ».

Le ministre de l’Intérieur a rapidement apporté son soutien au maire de Saint-Philippe d’Aiguille, sur Twitter. « Je condamne avec la plus grande fermeté ces violences contre un élu de la République. Agresser un maire, c’est s’attaquer à la République », écrit Gérald Darmanin.

La préfète de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine, Fabienne Buccio, a également condamné l’agression et adressé son « entier soutien républicain et personnel au maire », sur Twitter.

Après avoir été examiné par un médecin, le maire a porté plainte à la gendarmerie ce mercredi matin. Pour l’heure, il réserve ses déclarations aux gendarmes et a demandé à ses adjoints de ne pas s’exprimer sur cette agression.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire