VIDEO. « C’est un des orgues les plus transcendants que je connaisse », selon le maître organiste de Notre-Dame de Paris



« L’orgue de Notre-Dame de Paris est arrivé dans la cathédrale au XIIIe siècle, alors que la cathédrale n’était pas encore finie. Il ne se trouvait pas à la place où nous sommes, mais accroché en ‘nid d’hirondelle’ sur le côté de la nef », explique Olivier Latry au magazine « 13h15 le dimanche » (Facebook, Twitter, #13h15).

« A l’endroit où nous sommes, un orgue a été installé en 1402 et il a ensuite évolué tous les trente ou cinquante ans, précise le maître organiste de la cathédrale de Paris. Au XIXe siècle, on a ajouté toute cette partie, notamment avec ce qu’on appelle la ‘boîte expressive’. Ses volets s’ouvrent et se ferment quand j’appuie sur la pédale au centre de la console. »

« Vous allez avoir une lumière de sons… »

« C’est un des orgues les plus transcendants que je connaisse ! » affirme le musicien, qui joue à Notre-Dame depuis trente-trois ans. Les plus hauts tuyaux de 11 mètres libèrent leurs sons dans les vitraux de la rosace. La place de l’orgue sous cette rosace ne doit rien au hasard : « Elle donne cette couleur, c’est son rôle, qui change selon les heures de la journée, ce qui est absolument fabuleux. »

« L’orgue donne la couleur sonore et les deux vont s’amalgamer pour vraiment créer une illumination globale. Imaginez que vous rentriez dans cette cathédrale en pleine journée. Il ne s’y passe rien et tout d’un coup, l’orgue va jouer. Vous allez vous retourner et n’allez rien voir, car vous serez ébloui par la rosace qui va transmettre sa lumière. Vous allez avoir une lumière de sons… C’est génial. C’est fabuleux ! »

Extrait du reportage « Notre-Dame de Paris » diffusé dans « 13h15 le dimanche » du 16 septembre 2018.





francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire