Emirats: entrée en service de la première centrale nucléaire du monde arabe


Les Emirats arabes unis ont annoncé samedi l’entrée en service de leur centrale nucléaire civile de Barakah, la première du monde arabe.

« Nous annonçons aujourd’hui que les Emirats arabes unis ont procédé, avec succès, à la mise en service du premier réacteur de la centrale de Barakah, la première du monde arabe », a tweeté cheikh Mohammed ben Rached al-Maktoum, Premier ministre des Emirats et souverain de Dubaï.

« C’est un moment historique pour les Emirats dans leur objectif de fournir une nouvelle forme d’énergie propre à la nation », a indiqué pour sa part Hamad Alkaabi, le représentant des Emirats auprès de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Les autorités émiratis avaient donné en février leur feu vert à l’exploitation de la centrale nucléaire située dans le nord-ouest du pays, sans pour autant donner de date pour sa mise en service.

Fondée en 2016, Nawah Energy Company doit exploiter et entretenir à terme les quatre réacteurs qui doivent y être installés, selon le site internet de l’entreprise.

La construction est effectuée par un consortium mené par Emirates Nuclear Energy Corporation (ENEC) et par le sud-coréen Korea Electric Power Corporation (KEPCO), pour un coût estimé à 24,4 milliards de dollars.

Le premier des quatre réacteurs devait être mis en service fin 2017 mais la date de démarrage a été reportée à plusieurs reprises pour satisfaire, d’après les responsables, aux conditions légales de sécurité.

Photo diffusée le 13 février 2020 par le service de presse de la centrale nucléaire de Barakah montrant la centrale en construction dans le nord-ouest des Emirats arabes unis (Barakah Nuclear Power Plant/AFP/Archives – -)

Lorsqu’ils seront pleinement opérationnels, les quatre réacteurs auront la capacité de produire 5.600 mégawatts d’électricité, soit environ 25% des besoins des Emirats arabes unis, pays riche en pétrole.

L’Etat fédéral composé de sept émirats compte une population de 9,3 millions d’habitants, dont environ 80% d’expatriés.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire