La Commission européenne valide la vente du site Alstom de Reichshoffen en Alsace, les syndicats inquiets



Le groupe industriel de transport est contraint, en raison du droit de la concurrence, de se séparer de l’usine du Bas-Rhin afin de pouvoir racheter le canadien Bombardier. 

La Commission européenne a donné, vendredi 31 juillet son accord pour le rachat de la division ferroviaire du canadien Bombardier par Alstom. Mais ce rachat est assorti d’une contrepartie, la cession du site Alstom de Reichshoffen dans le Bas-Rhin, comme le précise France bleu Alsace. Cette vente doit être effectuée pour éviter un monopole sur le transport régional. Un coup dur pour les 750 salariés du site qui produit des trains régionaux.

L’annonce tombe juste avant le départ en congés des salariés. « Ce n’est pas une surprise », explique le porte-parole de l’intersyndicale Daniel Dreger. « Mais ça veut quand même dire que la direction d’Alstom et la Commission européenne n’en ont rien à faire » de leurs salariés alsaciens, estime le représentant syndical.

Parmi les acquéreurs potentiels du site, la direction cite Skoda, Hitachi ou encore TMH. Le choix reviendra à la direction d’Alstom, ce qui ne rassure pas les syndicats : « Vous pensez vraiment qu’ils vont nous donner le meilleur alors que celui-ci sera leur futur concurrent ? », lance Daniel Dreger.



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire