Le brief éco. Prix du timbre : nouvelle hausse en vue


Des timbres en tarification « lettre prioritaire ». (ARMÊL BALOGOG / FRANCE-BLEU PÉRIGORD)

La Poste est contrainte de se réformer face à la baisse de son activité courrier traditionnel. L’établissement public annonce sa prochaine politique tarifaire : le prix du timbre va encore augmenter. 

Que les vacanciers se rassurent pour les cartes postales de l’été, la hausse n’entrera en vigueur qu’en janvier. Mais La Poste prépare déjà le terrain, car c’est en ce moment que se fixent les tarifs avec le gouvernement. La hausse concernera tout le monde, particuliers comme entreprises. Concrètement, l’augmentation atteindra 4,7% en moyenne pour tous les tarifs courriers mais la progression sera plus sévère pour le timbre rouge censé acheminer les lettres le lendemain : +10,3%. Le timbre rouge augmentera de douze centimes pour atteindre 1,28 euro . Pour le tarif vert, plus lent, la hausse sera de onze centimes à 1,08 euro. Le timbre vert franchira la barre d’un euro pour la première fois de son histoire.

La faute aux courriers électroniques, la concurrence des emails. En 20 ans, le nombre de lettres affranchies a été divisé par deux. Ce n’est pas tant la correspondance des particuliers qui pose problème. Chaque foyer consomme encore en moyenne une quarantaine d’euros de timbres par an, soit environ 4 euros par mois. Ce qui pèse, c’est la dématérialisation des courriers administratifs et professionnels : les impôts et les factures d’électricité réglées sur internet, la télétransmission entre le médecin et les mutuelles, etc. Le courrier traditionnel ne représente plus que 28% de l’activité globale de La Poste. Cette dernière explique aussi que derrière la hausse du prix du timbre, il y a la volonté de maintenir un bon niveau de qualité de service. Les syndicats préfèrent parler de profits purs et simples.

La Poste ne peut pas fixer elle-même ses tarifs puisqu’elle assume des missions de service public. Elle a donc un régulateur qui s’appelle l’Arcep, qui écoute les demandes du groupe en matière de prix et tranche ensuite. Dans un avis rendu en 2018, l’autorité de régulation avait révisé à la hausse la charge qui doit être supportée par La Poste en matière de service universel. Ce qui avait conduit au relèvement annuel du plafond des tarifs, en moyenne de 5% jusqu’en 2022. L’augmentation du prix du timbre n’est donc pas terminée. 



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire