Trump veut « nettoyer » Portland, sème le doute sur le maintien des troupes fédérales


Mercredi, la gouverneure de l’Oregon Kate Brown annonçait que le gouvernement de Donald Trump aurait accepté de retirer progressivement, et ce dès ce jeudi 30 juillet, les troupes fédérales déployées à Portland. Mais il semblerait que quelques heures plus tard, Donald Trump ait de nouveau changé d’avis : le président américain a réitéré ses attaques lors d’un déplacement au Texas, menaçant « d’envoyer la Garde nationale » à Portland.

La mort de George Floyd, quadragénaire noir asphyxié le 25 mai à Minneapolis par un policier blanc, a déclenché dans tous les Etats-Unis d’énormes manifestations antiracistes. La mobilisation s’est affaiblie, mais des poches de contestation ont persisté, notamment à Portland, nettement marquée à gauche.

Des policiers de New York embarquent une manifestante dans une camionnette banalisée

Heurts quotidiens

Le déploiement d’agents fédéraux, parfois issus des douanes ou de la police aux frontières et arborant des tenues militaires, a eu pour effet de durcir le mouvement dans cette ville à la longue histoire contestataire.Affrontements entre police et manifestants à Portland pour la 60e nuit de contestation

Des vidéos montrant des agents en treillis mais circulant dans des véhicules banalisés pour interpeller certains manifestants dans les rues ont notamment fait scandale. Elles ont aussi contribué à élargir l’audience des manifestations antiracistes de Portland, organisées chaque nuit aux abords du tribunal fédéral.

Depuis deux semaines, ces rassemblements pacifiques finissent quasi systématiquement par dégénérer en heurts avec les forces de l’ordre.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire