début des grandes manœuvres pour l’après Covid-19


Chaîne de montage PSA à Mulhouse (Haut-Rhin). Photo d’illustration. (THIERRY GACHON / MAXPPP)

La crise sanitaire va-t-elle accélérer la mutation du secteur automobile ? Les ventes ont chuté depuis le confinement. L’outil de production et l’emploi ont été frappés de plein fouet, et les grandes manœuvres ont visiblement commencé. 

Est-ce un signal qui va déclencher d’autres opérations du même genre ? Le propriétaire du constructeur britannique Jaguar-Land Rover, l’Indien Tata Motors, a décidé de remplacer l’actuel patron en poste depuis dix ans par le Français Thierry Bolloré, qui a gravi tous les échelons chez Renault, avant d’être évincé de son poste de directeur général en octobre dernier pour tourner la page de l’ère Carlos Ghosn dont il était un protégé. Thierry Bolloré ne sera pas resté inactif très longtemps. Il peut certainement dire merci à la crise.

Jaguar est un constructeur haut de gamme mais n’a pas pour autant les reins plus solides que les autres. Il paie lui aussi un lourd tribut à la crise du coronavirus : les ventes ont fondu et le groupe a dû se tourner vers des banques chinoises pour obtenir un emprunt alors qu’il n’est plus éligible aux prêts des pouvoirs publics au Royaume-Uni. Il lui faut obtenir rapidement un crédit de 5 à 6 milliards d’euros. Haut de gamme ou pas, Rover n’est qu’un exemple parmi beaucoup d’autres.

Dans un entretien accordé ce mercredi 29 juillet au journal Les Echos , Carlos Tavares, patron de PSA, le dit sans détours : « la crise va faire le tri entre les groupes qui sont agiles (qui réagissent vite et bien), qui sont frugaux (savent gérer leurs finances) et ceux qui ne le sont pas. » La pandémie de Covid-19 est un nouveau facteur qui s’ajoute à des pressions déjà très fortes comme les besoins d’investissements qu’imposent les nouvelles technologies et les nouvelles réglementations environnementales, notamment les émissions de CO2.

Le patron de PSA qui est en plein projet de fusion avec l’italo-américain Fiat-Chrysler sait de quoi il parle. Regroupements, fusions, OPA. Carlos Tavares estime que nous entrons dans : « une période totalement darwinienne » de l’industrie automobile. Une évolution de l’espèce qu’il prédit pour la décennie qui commence.



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire