Barbara Pompili veut interdire la chasse à la glu, la Fédération des chasseurs monte au créneau


C’est un débat déjà ancien, et Barbara Pompili veut s’y atteler. D’après une information de France Info ce mercredi 29 juillet, la ministre de la Transition écologique a annoncé au président de la Fédération des chasseurs lors d’une réunion mi-juillet vouloir interdire la chasse à la glu, une technique de chasse consistant à piéger les oiseaux avec de la colle.

L’objectif de la ministre : qu’il n’y ait plus aucune pratique de ce type pour la saison de chasse 2020-2021, qui débute au mois d’octobre. Le député LREM Loïc Dombreval, connu pour ses positions en faveur de la cause animale, se réjouit de cette décision, qui pourrait tempérer l’image d’une majorité jusqu’ici indifférente à ce combat : la loi Egalim de 2018 qui devait lutter contre certaines pratiques maltraitantes dans l’élevage avait en effet été vidée de la plupart de ses ambitions.

« Les animaux encore oubliés » : les associations déplorent l’absence de secrétariat d’Etat à la cause animale

« A la fin du mandat [en 2022], les Français pourront comptabiliser les avancées pour les animaux, comme le décret de Barbara Pompili », espère-t-il auprès de « l’Obs ».« Je crois qu’ils verront que nous n’avons pas à rougir de ce que nous avons fait, même si notre pays reste très en retard sur de nombreux points. »

Interviewé par France Info, le président de la Fédération des chasseurs, Willy Schraen, a affirmé être en « complet désaccord » avec l’idée de la ministre et a annoncé qu’il était prêt à engager des procédures juridiques pour que l’interdiction ne soit pas appliquée. Il dit également que les chasseurs préparent une « action forte d’ampleur nationale » pour manifester leur mécontentement.

« Piégeage cruel »

Une nouvelle favorablement accueillie du côté de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO). Egalement sur France Info, son directeur général, Yves Verilhac, a salué la décision de la ministre : « La France était le dernier pays européen qui autorisait ce piégeage cruel et non sélectif avec de la colle, sous forme de dérogation ».

C’est en effet l’occasion pour la France de se rattraper après avoir été épinglée en juillet dernier par la Commission européenne pour ne pas avoir respecté la « directive oiseaux », qui prône la protection d’espèces menacée.

Corridas, abattoirs, cirques… Comment les politiques s’emparent de la cause animale

Le directeur général de la LPO espère cependant que la Fédération des chasseurs ne parviendra pas à faire reculer le gouvernement sur cette mesure, alors que se profile le Congrès mondial de la nature, organisé à Marseille en janvier 2021 : « Désormais, il faut espérer que le lobby des chasseurs ne gagne pas. Mais à la veille d’accueillir le congrès mondial de la nature de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, la France ne pouvait pas se permettre d’être le vilain petit canard qui laisse piéger et torturer les oiseaux ».





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire