Barbara Pompili critique l’emploi du mot « ensauvagement » par Gérald Darmanin


L’expression de Gérald Darmanin n’est pas passée inaperçue au sein du gouvernement. Ce lundi 27 juillet, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, a réagi au terme d’« ensauvagement de la société » utilisé par son collègue du ministère de l’Intérieur dans une interview au « Figaro » le vendredi 24 juillet.

Interrogée par François Geffrier sur Europe 1 ce lundi matin sur sa position à propos de l’emploi de l’expression, Barbara Pompili a critiqué de façon détournée la pertinence du terme d’« ensauvagement » :

« Je pense qu’aujourd’hui on est un gouvernement au service de tous les Français et qu’on doit rassembler tous les Français. Ça, pour moi, c’est le principal. Monter les Français les uns contre les autres peut toujours être un risque. »

Face au journaliste qui lui demande de confirmer qu’elle parle bien de Gérald Darmanin, la ministre de la Transition écologique a cependant arrondi les angles en ajoutant qu’elle s’exprimait « en général ».

Olivia Grégoire, Clément Beaune, Cédric O… voici la liste des 11 nouveaux secrétaires d’Etat

Une opposition qui remonte à 2015

Dans une interview accordée au « Figaro », le ministre de l’Intérieur exhortait à « stopper l’ensauvagement d’une partie de la société », terme qui avait fait notamment réagir plusieurs élus de gauche. L’expression avait déjà été utilisée sur Twitter par Marine Le Pen qui, à la suite de la mort d’une jeune femme renversée par une voiture à Lyon, fustigeait une montée de la violence : « Quel niveau de barbarie faut-il atteindre pour que le peuple français dise stop à cet ensauvagement de notre société ? »

La critique de Barbara Pompili, inattendue entre deux membres d’un même gouvernement, trouve un écho dans ses relations passées avec Gérald Darmanin : comme l’a rappelé récemment le HuffPost, leurs rapports n’ont pas toujours été très cordiaux.

L’accusation de viol qui plane sur les premiers pas de Gérald Darmanin à l’Intérieur

En 2015, alors les élections régionales battaient leur plein, les deux élus s’affrontaient en effet par tweets interposés : l’actuel ministre de l’Intérieur avait alors comparé les écologistes à des « Khmers verts », ce à quoi Barbara Pompili avait répondu qu’il faisait du « caniveau ».





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire