À (re)voir en VOD : Les aventures de Spirou et Fantasio


Les aventures de Spirou et Fantasio
France, Belgique : 2018
Titre original : –
Réalisateur : Alexandre Coffre
Scénario : Fabien Suarez, Juliette Sales
Acteurs : Thomas Solivérès, Alex Lutz, Géraldine Nakache
Distributeur : Sony Pictures
Durée : 1h29
Genre : Aventures
Date de sortie cinéma : 21 février 2018

Lorsque Spirou, prétendu groom dans un Palace, rencontre Fantasio, reporter en mal de scoop, tout commence très fort… et plutôt mal ! Ces deux-là n’ont aucune chance de devenir amis. Pourtant, quand le Comte de Champignac, inventeur aussi génial qu’excentrique, est enlevé par les sbires de l’infâme Zorglub, nos deux héros se lancent aussitôt à sa recherche. En compagnie de Seccotine, journaliste rivale de Fantasio, et de SPIP, petit écureuil espiègle, ils sont entrainés dans une poursuite effrénée entre l’Europe et l’Afrique. Spirou et Fantasio vont devoir faire équipe pour sauver Champignac… et accessoirement le reste du monde !

Les éditions Dupuis, qui comptent parmi les plus grands géants de la bande dessinée franco-belge, ont depuis quelques années maintenant entrepris de monter une poignée d’adaptations cinématographiques de leurs plus gros succès de librairie, en partenariat avec leurs auteurs évidemment. Largo Winch, Boule et Bill, Zombillénium, Seuls, Michel Vaillant, Benoît Brisefer, Tamara, Les aventures de Spirou et Fantasio, Gaston Lagaffe sont déjà sortis sur les écrans, mais des séries telles que Cédric ou Soda sont également actuellement en cours d’adaptation, et vont prochainement grossir les rangs des films adaptés de BD des éditions Dupuis.

On ne peut dès lors s’empêcher de penser que les éditions Dupuis auraient pu, depuis un moment déjà, prendre la main sur le développement des films adaptés de leur catalogue afin de créer, à l’image de Marvel et DC Comics aux Etats-Unis, un univers cinématographique étendu autour de leurs différentes séries. Cela aurait évidemment pu apporter une certaine cohérence à cette poignée de films, qui se suivent sans jamais oser créer de passerelles et/ou de correspondances d’un film à l’autre. Un Spirou Cinematic Universe en quelque sorte, ou un Dupuis Extended Universe, qui aurait pu donner une excellente visibilité à tout un pan encore trop méconnu et trop mésestimé de la bande dessinée franco-belge.

Le problème bien sûr, c’est que de notre côté de l’Atlantique, les différents personnages n’appartiennent en général pas aux éditeurs eux-mêmes mais à leurs auteurs, qui décident parfois (assez souvent en fait) d’abandonner leur maison d’édition pour créer la leur. Ce n’est pas le cas aux Etats-Unis, où un personnage créé chez Marvel par exemple appartient souvent, contractuellement, à la maison des idées, et non à son créateur. La mise en place d’un univers étendu tournant autour de la BD franco-belge restera donc probablement longtemps un simple fantasme de ciné-BD-phile.

Et c’est finalement ce qui manque le plus à des films tels que Les aventures de Spirou et Fantasio, qui malheureusement peine un peu à convaincre en tant que « one shot », et gagnerait probablement beaucoup à être en réalité un maillon d’un univers plus vaste, qui pourrait (ou aurait pu) être en partie développé dans un autre film, comme par exemple Sur la piste du marsupilami (2012) ou Le petit Spirou (2017).

C’est dommage, car les curieux choix narratifs du film et les diverses modifications apportées au background des personnages de papier auraient finalement, peut-être, pu trouver un sens au cœur d’une optique plus vaste et étendue ; en l’état, elles paraissent absurdes d’autant qu’elles trahissent parfois la nature même des personnages. Ainsi, pourquoi faire de Spirou un pickpocket déguisé en groom ? L’idée d’orchestrer dans le film la rencontre entre les différents protagonistes importants de la BD (Spirou, Fantasio, Champignac, Seccotine) n’était probablement pas mauvaise sur le papier, mais elle ne pouvait faire sens dans le cadre d’une redistribution générale des cartes au cœur d’un univers plus large, plus foisonnant – une série TV ou une série de films. En l’état, et puisque l’échec du film au box-office (238.000 entrées en France) le condamnera certainement à rester sans suite, on ne retient finalement que l’idée de « trahison » vis-à-vis de la bande dessinée originale.

Pourtant, les deux acteurs choisis pour incarner Spirou et Fantasio (Thomas Solivéres et Alex Lutz) étaient excellents, de même que Ramzy Bedia est vraiment impeccable dans la peau de Zorglub. Dans le même ordre d’idées, on est bien obligés d’admettre que le production design du film, coloré et bon enfant, est soigné et tout à fait remarquable, que quelques gags fonctionnent bien et que les enfants s’y retrouveront probablement tout à fait. Pour autant, pour les autres et tout particulièrement pour les amoureux de la BD, Les aventures de Spirou et Fantasio restera malheureusement un acte manqué, sans doute plein de bonne volonté mais ne retrouvant à aucun moment l’essence des aventures des deux personnages créés par Rob-Vel et popularisés par Franquin.

Malgré cet écueil, on ne désespère pas cela dit de voir un jour adaptés les deux opus signés Tome et Janry intitulés La frousse aux trousses (1988) et La vallée des bannis (1989). Deux récits grandioses, mêlant aventures et humour, au découpage (déjà) très cinématographique. On rêve depuis plus de trente ans de les voir débarquer sur grand écran, sous la forme par exemple d’un grand dessin animé en images de synthèse – ce qui semblerait être la seule solution valable afin de retranscrire à l’écran le style à la fois dynamique et destroy du dessinateur. On croise les doigts…

Les aventures de Spirou et Fantasio est disponible en VOD à l’acte et en téléchargement définitif sur la majorité des plateformes de Vidéo à la demande : MyTF1, Orange, Canal VOD. Le film est également sorti en Blu-ray / DVD en 2018 sous les couleurs de Sony Pictures.



Critique film

A lire aussi

Laisser un commentaire