Cathédrale de Nantes : le suspect a avoué



Le suspect a avoué, mais, dimanche 26 juillet, il reste beaucoup de questions. Pourquoi ce bénévole rwandais chargé de la sécurité de la cathédrale de Nantes, en Loire-Atlantique, a-t-il allumé samedi 18 juillet le feu en trois endroits de l’édifice ? Les enquêteurs tentent de percer la personnalité de Emmanuel A., un homme de 39 ans originaire du Rwanda, en France depuis 2012 et décrit comme discret par les membres du diocèse.

Ses proches du diocèse ne comprennent pas son acte. Jean-Yves Magnier, sacristain de la cathédrale déclare : « Cela fait huit ans qu’il veut faire régulariser sa situation. Il m’avait demandé de produire un écrit pour essayer de favoriser sa demande, je l’ai fait à Noël ». Ses demandes étaient refusées régulièrement, il lui avait été demandé de quitter le pays fin 2019. Il y-a-t-il un lien avec son geste ? L’enquête se poursuit. L’avocat de Emmanuel A. soutient que son client regrette son geste.

Le JT

Les autres sujets du JT



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire