la députée LREM Valérie Oppelt « profondément choquée » par la piste criminelle privilégiée, mais elle appelle à la prudence



Le bénévole du diocèse ressorti libre de sa garde à vue dimanche 19 juillet a dé nouveau été interpellé ce samedi et présenté devant le parquet de Nantes. La piste criminelle est désormais privilégiée, a indiqué le procureur.

« Je suis profondément choquée », a réagi samedi 25 juillet sur franceinfo Valérie Oppelt, députée LREM de Loire-Atlantique, après la deuxième interpellation ce samedi d’un bénévole du diocèse et sa présentation devant le parquet de Nantes, dans le cadre de l’enquête sur l’incendie de la cathédrale de Nantes. L’homme de 39 ans avait été placé une première fois en garde à vue le 18 juillet, quelques heures après le sinistre, et remis en liberté le lendemain sans poursuite.

« Nous ne sommes pas sur un territoire où les églises brulent, ou sont attaquées pour des faits criminels », précise Valérie Oppelt. Elle rappelle l’incendie qui avait déjà touché la cathédrale de Nantes en 1972, mais « il s’agissait de faits accidentels », souligne la députée. Elle n’a pas de souvenir, « dans l’histoire récente à Nantes de cas d’incendie criminel ». Valérie Oppelt appelle à rester « très prudent ». « On n’a pas les conclusions de l’enquête, mais c’est une avancée qui me parait grave », souligne Valérie Oppelt. « Attendons la suite de l’enquête. »



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire