La Pologne va se retirer du traité sur les violences aux femmes



VARSOVIE (Reuters) – La Pologne allait sortir du traité européen sur les violences faites aux femmes, estimant que ce traité va à l’encontre des droits des parents en demandant aux écoles d’enseigner l’égalité homme-femme, a indiqué samedi le ministre polonais de la Justice.

Zbigniew Ziobro a dit lors d’une conférence de presse que son ministère allait demander lundi au ministère des Familles d’entamer une procédure de retrait du traité connu sous le nom de Convention d’Istanbul.

« Il contient des éléments de nature idéologique, que nous considérons comme nuisibles », a déclaré le ministre.

Le parti Droit et Justice (PiS), au pouvoir en Pologne, est proche de l’église catholique et promeut une politique social conservatrice.

L’hostilité envers les droits des homosexuels a été l’un des principaux thèmes d’Andrzej Duda lors de sa campagne pour un second mandat présidentiel à la tête de la Pologne.

Vendredi, des milliers de personnes, dont une majorité de femmes, ont manifesté à Varsovie et dans d’autres villes contre le projet de sortie du traité.

« L’objectif est de légaliser les violences domestiques », a déclaré vendredi Magdalena Lempart, l’une des organisatrices de la manifestation à Varsovie.

Certains manifestants portaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire: « PiS est l’enfer des femmes ».

(Agnieszka Barteczko et Anna Koper, version française Matthieu Protard)



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire