la députée Sira Sylla visée par une action de Génération identitaire


Des banderoles, des fumigènes et des slogans. Samedi 25 juillet, la permanence de Grand-Quevilly (Seine-Maritime) de la députée LREM Sira Sylla a été prise pour cible par des militants du groupe d’extrême droite Génération identitaire, qui lui reprochent sa proposition de loi pour une défiscalisation des transferts d’argent vers l’Afrique. L’élue de Seine-Maritime a répondu sur son compte Twitter.

« Vous ne [m’]atteindrez jamais, a-t-elle écrit en postant une photo de cette action. Je suis très fière du travail que je me mène avec conviction en tant que députée de la République française depuis 3 ans notamment pour ma circonscription et la relation Afrique-France. Plus déterminée que jamais. »

« Moins de défiscalisation, plus de remigration »

Sur les pancartes et banderoles visibles sur la photo, dont certaines aux relents xénophobes, les militants d’extrême droite clament notamment : « Aidez les Français, pas les Africains », « Pour aider l’Afrique, [moins] de défiscalisation, [plus] de remigration ».

Twitter s’attaque à Génération identitaire

Génération identitaire visait les récentes déclarations de Sira Sylla qui a introduit mi-juillet à l’Assemblée nationale, avec d’autres députés LREM, une proposition de loi de « bi-bancarisation », pour une défiscalisation partielle et temporaire des frais de transfert d’argent, notamment vers l’Afrique et les pays du Sud, face aux conséquences économiques du Covid-19.

Jointe par France 3 Normandie, la députée a assuré n’être « pas du tout » intimidée : « Ça fait 3 ans que je prends cher, j’ai le cuir endurci », a-t-elle ajouté. Le média rappelle par ailleurs que la permanence de Sira Sylla avait déjà été vandalisée en août 2019.

Soutiens de Castex et Darmanin

La députée a reçu le soutien de nombreuses personnalités politiques, dont plusieurs membres de l’exécutif. « Les attaques indignes dont a fait l’objet Sira Sylla appellent une condamnation unanime et sans aucune ambiguïté : je lui ai dit mon soutien et la solidarité de l’ensemble du Gouvernement, a vivement réagi le Premier ministre Jean Castex sur Twitter. Face à la haine, la République doit s’unir et agir. »

De son côté, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a condamné « avec la plus grande fermeté les comportements ignobles dont a été victime » Sira Sylla. « Je lui apporte tout mon soutien. Le République ne cédera rien face à l’idéologie haineuse de ces groupuscules extrémistes », a-t-il écrit sur Twitter.

« Venir à plusieurs prendre possession d’un espace, y brandir le portrait d’une députée pour tenter de l’intimider, proférer des sous-entendus racistes menaçants, tout ceci est abject », s’est indignée la ministre déléguée à la citoyenneté Marlène Schiappa.

Le président du groupe LREM à l’Assemblée Gilles Le Gendre, le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand ou encore le député (LREM) François de Rugy se sont également joints à ces condamnations.

Dans une interview au « Parisien » au début du mois, la députée s’était alarmée en citant des chiffres de la Banque Mondiale de la baisse des transferts d’argent vers l’Afrique, qui font déjà l’objet d’une lourde commission, pourrait atteindre 20 % à cause de la crise du Covid-19.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire