A Wall Street, les géants de l’Internet hissent le Nasdaq à un record


La Bourse de New York a débuté la semaine en hausse lundi, profitant de la bonne forme des géants technologiques américains, en particulier Amazon, et de nouvelles rassurantes sur le développement d’un vaccin contre le nouveau coronavirus.

L’indice Nasdaq a atteint un nouveau record en grimpant de 2,51% à 10.767,09 points.

Le Dow Jones Industrial Average, qui comprend 30 entreprises emblématiques de Wall Street, a fini in extremis dans le vert en grappillant 0,03% à 26.680,87 points.

L’indice élargi S&P 500 est monté de 0,84% à 3.251,84 points.

Amazon, dont le titre a bondi de près de 8%, a entraîné dans son sillage Apple (+2,11%), Microsoft (+4,30%), Facebook (+1,40%) ou encore Alphabet (+3,10%), la maison mère de Google.

Le numéro un du commerce en ligne a notamment bénéficié d’une note de Goldman Sachs, qui a revu à la hausse son objectif de prix de l’action à 12 mois, l’évaluant désormais à 3.800 dollars. Le titre s’échangeait à la clôture de lundi à un peu moins de 3.200 dollars.

Selon les analystes de la banque, les valeurs élevées en Bourse de nombreuses entreprises technologiques se justifient par « l’accélération de la croissance de l’e-commerce, la consommation de streaming, l’utilisation de moyens de paiement et de plateformes numériques, ainsi que le nombre limité d’alternatives pour les investisseurs en quête de croissance. »

Ils reconnaissent toutefois que « la barre est particulièrement élevée pour la saison des résultats » alors que la plupart des grands noms du secteur technologique vont faire état de leur bilan trimestriel au cours des prochaines semaines.

Par ailleurs, observe Karl Haeling de la banque LBBW, la spectaculaire hausse boursière de ces entreprises n’est pas forcément synonyme de sérénité pour les acteurs du marché.

« Les investisseurs couvrent leurs paris en achetant des actions qui ne bénéficient pas tant du rebond économique que de la poursuite d’un environnement où les craintes autour du coronavirus sont élevées », décrit M. Haeling.

– Optimisme –

Cependant, un vent d’optimisme a soufflé sur le marché lundi avec les résultats d’essais cliniques encore préliminaires mais encourageants de deux projets de vaccin, un britannique et un chinois, qui génèrent « une forte réponse immunitaire » et sont bien tolérés par les patients.

Les groupes américain Pfizer (+0,69%) et allemand BioNtech (+3,46%) ont quant à eux obtenu un accord du gouvernement britannique pour 30 millions de doses d’un vaccin contre le coronavirus, développé conjointement par les deux laboratoires.

Les entreprises ont par ailleurs fait part de données positives sur un essai clinique allemand de phase 1/2, notant que le vaccin avait provoqué des niveaux élevés d’anticorps chez les participants.

Sur le plan politique, les investisseurs ont gardé un œil attentif sur les négociations autour de nouvelles mesures de soutien budgétaire pour faire face à l’impact économique du coronavirus, aussi bien aux Etats-Unis que dans l’Union européenne.

Parmi les autres valeurs du jour, le producteur de pétrole et de gaz Noble Energy a grimpé de 5,44% après l’annonce de son rachat pour 5 milliards de dollars par la major américaine Chevron (-2,20%).

Halliburton est monté de 2,52%. Frappé de plein fouet par le plongeon des prix du pétrole et la baisse des activités d’exploration et de forage, le groupe de services pétroliers américain a vu son chiffre d’affaires chuter au deuxième trimestre, mais a dégagé un profit opérationnel grâce à d’importantes mesures d’économies.

EBay a pris 0,58%. Le spécialiste norvégien des annonces en ligne Adevinta, maison-mère de Leboncoin, est sur le point de racheter des actifs du site web de vente aux enchères, a-t-on appris lundi de source proche des négociations.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine baissait, s’établissant vers 20H50 GMT à 0,6119% contre 0,6266% vendredi soir.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire