Wall Street recule après de nouveaux résultats et des données en demi-teinte


Wall Street a fini dans le rouge jeudi, digérant les résultats trimestriels de plusieurs grands noms de la place new-yorkaise et des indicateurs mitigés sur le front économique.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average a cédé 0,50% à 26.734,71 points, enregistrant sa première baisse en cinq séances.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a lâché 0,73% à 10.473,83 points.

L’indice élargi S&P 500 a perdu 0,34% à 3.215,57 points.

Bank of America (-2,72%)et Morgan Stanley (+2,51%) ont conclu jeudi avant l’ouverture de la Bourse la saison des résultats du deuxième trimestre pour les grandes banques américaines.

Si la première a vu ses profits lestés par l’argent mis de côté pour faire face aux potentiels impayés de ses clients, la seconde a en revanche dégagé des recettes et des bénéfices record grâce à son intense activité sur les marchés financiers et dans la banque d’investissement.

Le groupe pharmaceutique et de produits d’hygiène Johnson & Johnson (+0,67%), lancé dans la course au vaccin contre le Covid-19, a pour sa part vu ses résultats chuter au deuxième trimestre à cause de la pandémie, mais a revu ses objectifs en légère hausse.

Les acteurs du marché ont désormais les yeux tournés vers d’autres secteurs, dont les grands noms doivent faire état de leur bilan de santé trimestriel, à commencer par les valeurs technologiques.

Pour Art Hogan de National Securities, « il est improbable que la tech réalise des performances extraordinaires au deuxième trimestre car les attentes étaient démesurées » après la très bonne tenue boursière du secteur pendant la pandémie de Covid-19.

Comme pour confirmer cette intuition, l’action de Netflix dégringolait de plus de 10% dans les échanges électroniques après la clôture, alors que le géant du streaming a affiché des bénéfices moins bons que prévu entre avril et juin.

– Twitter enquête –

Les statistiques sur la santé de l’économie américaine diffusées jeudi ont pour leur part été mitigées.

Le nombre de nouveaux chômeurs hebdomadaires aux Etats-Unis est resté quasi-stable avec 1,3 million de personnes qui se sont inscrites entre le 5 et le 11 juillet. Et selon des données publiées avec une semaine de décalage, le nombre total de bénéficiaires d’une allocation était également en léger recul: 17,3 millions d’Américains touchaient des indemnités chômage au cours de la semaine achevée le 4 juillet.

Les ventes au détail aux Etats-Unis ont de leur côté augmenté de 7,5% aux Etats-Unis en juin, progressant pour le deuxième mois de suite après trois mois de repli en raison des mesures de confinement.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine reculait à 0,6190% vers 20H45 GMT, contre 0,6299% mercredi soir.

Parmi les autres valeurs du jour, Twitter a cédé 1,09%. Le réseau social continue d’enquêter sur un piratage massif, qui a visé mercredi soir les comptes de nombreuses personnalités, dont ceux de Joe Biden, Bill Gates, Elon Musk, et Barack Obama, remettant sur le devant de la scène la question de la cybersécurité.

American Airlines, qui a prévenu mercredi qu’elle pourrait congédier jusqu’à 25.000 salariés en octobre, a chuté de 7,37%.

La compagnie aérienne américaine a toutefois annoncé jeudi avoir noué un partenariat stratégique avec JetBlue (-4,50%), permettant aux deux entreprises de proposer plus de vols à leurs clients depuis New York et Boston, une alliance qui devrait les aider à rebondir après la pandémie.

Le producteur d’aluminium et de bauxite Alcoa, qui a confirmé mercredi soir avoir réduit ses pertes au deuxième trimestre grâce notamment à des économies et à une hausse de sa production, a bondi de 6,30%.

La chaîne de restauration Domino’s Pizza a pris 1,38% après avoir fait part de résultats dopés par une hausse de la consommation de pizzas pendant la pandémie aux Etats-Unis.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire