A Marseille, quatre personnes en garde à vue dans l’enquête des procurations dans le secteur de Samia Ghali


L’enquête progresse doucement. Quatre personnes ont été placées en garde à vue ce jeudi 16 juillet à Marseille dans l’enquête ouverte sur des procurations douteuses établies pour les élections municipales à Marseille dans le secteur remporté par la sénatrice ex-PS Samia Ghali, a appris l’AFP de source proche du dossier.

Michèle Rubirola, maire de Marseille : « Le clanisme et le clientélisme ont vécu »

Parmi ces personnes se trouvenr un commandant de police exerçant dans les quartiers populaires du nord de Marseille, où Samia Ghali l’a emporté le 28 juin, et « au moins » une colistière de la sénatrice, a précisé cette source, confirmant des informations de France-Inter et du quotidien régional « la Provence ».

L’entourage de Samia Ghali, déjà victorieuse dans ce 8e secteur en 2008 et 2014, a expliqué à l’AFP avoir « découvert » ces gardes à vue par la presse. « Mais ce sont juste des vérifications », a-t-on affirmé de même source.

D’autres enquêtes en cours

Cette enquête sur des procurations douteuses dans le 8e secteur de Marseille avait été ouverte le 6 juillet par le parquet de Marseille. Dans le cadre de ces investigations, la procureure de la République de Marseille, Dominique Laurens, avait précisé à l’AFP, que plusieurs policiers avaient été entendus au sujet de « la procédure de recueil des procurations ».

Ces investigations visant le 8e secteur sont la conséquence directe d’une première enquête ouverte à Marseille sur de possibles « manœuvres frauduleuses » et « faux et usages de faux », dans les 4e et 6e secteurs, deux bastions LR. En effet, début juin, France 2 et l’hebdomadaire « Marianne » avaient révélé ces « procurations simplifiées » proposées notamment par une élue LR ainsi que par une colistière de Martine Vassal, la candidate LR dans le 4e secteur.

Municipales à Marseille : deux colistières d’une candidate LR proposent des procurations illégales

L’enquête a ensuite été étendue à des soupçons autour du vote de résidents d’un Ehpad du 6e secteur, parfois atteints de maladies comme Alzheimer.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire