La Bourse de Paris conserve son optimisme


La Bourse de Paris conservait son optimisme lundi matin et gagnait 1,05%, profitant de l’effet salutaire de nouvelles concernant des avancées dans le traitement et le projet de vaccin du Covid-19.

A 09H30, l’indice CAC 40 avançait de 52,41 points à 5.028,89. Vendredi, la cote parisienne a clôturé en hausse de 1,01%.

« Les investisseurs sont en mode appétit pour le risque », résume David Madden, analyste pour CMC Markets.

Ils se réjouissent d’une information de la biotech américaine Gilead concernant les signes positifs de son traitement à base de Remdesivir.

Et d’une autre annonce de BioNtech, le partenaire allemand du laboratoire américain Pfizer dans le développement d’un vaccin contre le Covid, selon laquelle une demande de mise sur le marché pourrait être soumis aux autorités sanitaires avant la fin de l’année.

Au-delà de ces bonnes nouvelles, la pandémie continue de se propager, obligeant l’Afrique du Sud à réimposer un couvre-feu national dimanche alors que les restrictions avaient été en partie levées en mai.

En Espagne les autorités catalanes ont également reconfiné plus de 200.000 personnes, tandis que le Mexique est devenu dimanche le quatrième pays comptant le plus de décès (35.006) du Covid-19, devant l’Italie.

Aux Etats-Unis, les contaminations continuent d’augmenter rapidement– encore près de 60.000 en 24h –particulièrement dans de grands Etats du sud, et un responsable du ministère de la Santé à Washington a estimé dimanche qu’un reconfinement dans ces zones n’était pas exclu.

Sur le plan commercial non plus, les relations sino-américaines et franco-américaines n’offraient pas de perspective réjouissante.

Le président américain Donald Trump a dit vendredi ne pas envisager « pour le moment » de deuxième phase à l’accord signé en janvier entre les deux puissances mondiales.

Washington a également annoncé des droits de douane supplémentaires aux produits cosmétiques et aux sacs à main français en représailles à une taxe sur les géants technologiques américains. Ces mesures ont été néanmoins gelées dans l’immédiat pour permettre de trouver une solution négociée.

Du côté des valeurs, Ubisoft s’effondrait de 8,18% à 71,16 euros après l’annonce de plusieurs départs au sein de sa direction à la suite d’un scandale d’agressions et de harcèlement sexuel.

Le secteur bancaire commençait bien la semaine: Société Générale (+2,13% à 15,45 euros), BNP Paribas (+2,04% à 37,43 euros) et Crédit Agricole (+1,58% à 8,99 euros). Une hausse des créances douteuses aura sans doute lieu mais elle sera « tout à fait gérable par les banques françaises », a affirmé vendredi Frédéric Oudéa, le président de la Fédération bancaire française.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire