la promotion de Gérald Darmanin, accusé de viol, choque les féministes


Pour beaucoup, la spectaculaire promotion de Gérald Darmanin au ministère de l’Intérieur, lundi 6 juillet, ne passe pas : ce proche de Nicolas Sarkozy est en effet toujours visé par une plainte pour viol, qui « n’a pas fait obstacle » à sa nomination, a indiqué lundi l’entourage du président. L’enquête avait été classée sans suite à deux reprises, en 2017 et 2018, mais mi-juin, la cour d’appel de Paris a ordonné la reprise des investigations sur cette affaire remontant à 2009.

« La nomination de Gérald Darmanin, accusé de viol et de violences sexuelles est une insulte à toutes les victimes, écrit une internaute sur Twitter. Qu’on ne vienne plus jamais me dire que “les accusations de viol détruisent des carrières”. » C’était là le mot d’ordre de nombreuses féministes sur le réseau social quelques heures après l’annonce du nouveau gouvernement, qui ont unanimement exprimé leur choc.

« Un choc » pour l’avocate de la plaignante

Invitée sur Europe 1 mardi matin, Me Elodie Tuaillon-Hibon, l’avocate de Sophie Patterson-Spatz, la femme qui accuse Gérald Darmanin de l’avoir violée en 2009, a affirmé que « cette nomination, c’est un choc, je ne vais pas le cacher ».

« Nous nous demandons comment ça va se passer lorsque le premier flic de France [sera] interrogé dans le bureau d’un magistrat instructeur alors qu’il est en exercice. »Darmanin accusé de viol : la défense très maladroite de Belloubet, « au demeurant » ministre de la Justice

Interrogé par l’AFP sur la plainte pour viol contre Gérald Darmanin, l’entourage du président a affirmé que cette plainte « n’a pas fait obstacle » à la promotion du ministre. « Il semble que les choses vont dans le bon sens », a déclaré cette source sans autre précision. L’Elysée ne fait « jamais de commentaires sur les affaires en cours », a cependant ajouté cette source.

La plainte pour viol, pas un « obstacle » : une justification ressentie comme une « une bonne claque symbolique collective », a observé une internaute.

Mi-juin, les avocates de Sophie Patterson-Spatz avaient dénoncé le soutien apporté par le gouvernement au ministre. Après deux ans de bataille procédurale, la cour d’appel de Paris avait ordonné la reprise de l’enquête sur les accusations de viol, harcèlement sexuel et abus de confiance portées contre le ministre par Sophie Patterson-Spatz.

Dupond-Moretti à la Justice, Darmanin à l’Intérieur… voici la composition du gouvernement Castex

Entendu en audition libre le 12 février 2018, Gérald Darmanin a confirmé avoir eu une relation sexuelle avec Sophie Patterson-Spatz, mais, selon lui, librement consentie et à l’initiative de la plaignante.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire