Ce monde n'est pas le mien



Les morts vivants. Je suis un mauvais diable, effroyable citoyen, indigne voisin mais je me refuse à la farce du masque dans la rue. Quand je vois s’approcher les morts vivants, calfeutrés derrière lunettes, masque et parfois cagoule, je ne peux m’empêcher de penser que la camarde a gagné la partie plus sûrement que les terroristes d’hier. Notre société s’est brisée, fragmentée, dissoute dans une frayeur irraisonnée : celle de mourir ! La belle affaire que voilà, (…)


Société



Source link

A lire aussi

Laisser un commentaire