refuser de réformer les retraites « serait irresponsable »


C’est la petite musique qui monte à Matignon. Alors que les syndicats sont fermement opposés à rouvrir le dossier, brûlant, de la réforme des retraites, mise en pause à cause de l’épidémie de coronavirus, Jean Castex répète qu’il faudra bien revenir à la table des négociations un jour ou l’autre. Et sûrement plus tôt que ne le souhaiteraient les syndicats.

Remaniement : la composition du gouvernement de Jean Castex a été dévoilée

Après un premier entretien au « Journal du dimanche », dimanche dernier, dans lequel il manifeste son souhait de régler « à court terme » le dossier des retraites, le nouveau Premier ministre a enfoncé le clou ce mercredi 8 juillet, au Sénat, assurant que « refuser de parler des retraites lorsque l’équilibre des comptes, et donc la sauvegarde du système actuel se trouve compromise, serait irresponsable ».

« Je vais rouvrir le dialogue, toutes les organisations syndicales viendront discuter avec moi (…) et nous nous mettrons d’accord sur une méthode et un calendrier », a ajouté le chef du gouvernement lors de la séance des questions d’actualité, en précisant qu’il aborderait « la question des retraites dans un cadre global ».

Les partenaires sociaux réunis avant le 20 juillet

Il répondait à la gauche qui lui a demandé à plusieurs reprises, depuis son arrivée à la tête du gouvernement, d’abandonner la réforme des retraites qui a donné lieu à des mois de conflit social.

10 points sur lesquels le gouvernement a fait évoluer sa réforme des retraites

Dans la matinée, lors d’un entretien sur BFMTV, il avait déjà indiqué qu’il souhaitait réunir « ensemble » les partenaires sociaux « avant le 20 juillet », après les avoir reçus séparément jeudi 9 et vendredi 10, afin d’« arrêter une méthode et un calendrier ».

Puis, lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, le Premier ministre a précisé qu’il aborderait séparément la question du « futur régime universel », « avec en toile de fond le devenir des régimes spéciaux », et celle du « financement du système actuel ».

La « réforme de fond, à laquelle nous ne renoncerons pas », sera séparée « des dispositions qu’il y a lieu de prendre pour sauvegarder le système actuel », a-t-il détaillé, évoquant un « sujet de plus court terme ».

Un allongement de la durée de cotisation ?

Interrogé sur le fait de savoir s’il comptait allonger la durée de cotisation, Jean Castex a éludé : « Moi je ne commence pas un dialogue et une concertation en donnant une solution avant de commencer ».

D’après une estimation provisoire du Conseil d’orientation des retraites (COR), le déficit du système de retraites devrait approcher en 2020 le niveau record de 30 milliards d’euros, très loin des 4 milliards attendus avant la crise.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire