Reconfinement, retraites, Ségur de la santé… les annonces de Jean Castex chez Bourdin


Pour sa deuxième interview télévisée, le Premier ministre Jean Castex a abordé les grandes lignes des prochains dossiers à suivre. Invité sur BFMTV et RMC ce mercredi 8 juillet, il a fait de multiples annonces, concernant notamment le Covid-19, la réforme des retraites, le Ségur de la santé, ou encore la réforme de l’assurance chômage.

  • Le gouvernement au complet la semaine prochaine

Fait inhabituel, la composition du gouvernement Castex est annoncée en deux temps : le Premier ministre a annoncé ce matin que les noms des nouveaux secrétaires d’Etat seraient dévoilés « la semaine prochaine ».

Dupond-Moretti à la Justice, Darmanin à l’Intérieur… voici la composition du gouvernement Castex

Jean Castex a également indiqué qu’il souhaitait mettre en place un Haut-Commissariat au plan, pour « rééclairer l’action publique d’une vision de long terme ». Interrogé sur la future nomination de François Bayrou à sa tête, une information parue dans « le Canard enchaîné » ce mercredi, il n’a pas exclu cette possibilité : « Nous verrons bien […] Pourquoi pas », a-t-il éludé.

Quant à ses liens avec l’ancien président Nicolas Sarkozy, scrutés depuis sa nomination, il a rétorqué : « Je sais ce que je dois à tel ou tel mais aujourd’hui je suis un homme libre. »

L’ancien « Monsieur Déconfinement » du gouvernement a également abordé l’épineuse question du reconfinement. « Il a toujours été envisagé qu’il fallait se préparer à une deuxième vague. Il y a un plan de reconfinement, mais on ne va pas faire un confinement comme au mois de mars », a-t-il précisé, citant « des conséquences terribles, économiques et humaines ». Tout éventuel reconfinement sera donc ciblé.

Jean Castex a par ailleurs annoncé qu’il se rendrait dimanche en Guyane, où, « vous l’avez vu, ça se passe mal », a-t-il déclaré. Le département d’Outre-mer est particulièrement touché par l’épidémie et comptait mardi 5 178 cas et 123 patients hospitalisés.

  • Sur le Ségur de la santé

Le Premier ministre a rappelé qu’il avait proposé mardi soir une enveloppe de 7,5 milliards d’euros pour les soignants hors médecins, estimant que l’Etat faisait « un effort considérable ». « Sur ces bases, la négociation aboutira », a-t-il assuré.

Il a dit espérer que les négociations aboutiraient « cette semaine » :

« Je pense que le résultat sera à la hauteur des attentes. »Des soignants « déçus et mécontents » : le Ségur de la santé est-il en train de s’enliser ?

  • Sur la réforme des retraites

Alors que le pic de l’épidémie de Covid-19 s’éloigne, l’explosive réforme des retraites commence à revenir sur la table. Après les avoir reçus séparément, Jean Castex entend réunir les partenaires sociaux « avant le 20 juillet » afin notamment « d’arrêter une méthode et un calendrier ».

« Nous allons séparer ce qui est le futur régime universel plus juste, nécessaire, avec en toile de fond le devenir des régimes spéciaux […] c’est un travail de long terme, il faut sans doute rouvrir les concertations, », a-t-il indiqué.

10 points sur lesquels le gouvernement a fait évoluer sa réforme des retraites

« Nous avons un sujet de plus court terme, le financement du système actuel qui se trouve fortement impacté par la crise », a ajouté Jean Castex.

Interrogé sur un éventuel allongement de la durée de cotisation le Premier ministre a répondu qu’il ne « commence pas un dialogue et une concertation en donnant une solution avant de commencer ».

  • Sur la réforme de l’assurance chômage

Jean Castex a dit vouloir « décaler la mise en œuvre » de la réforme de l’assurance chômage, dont les syndicats réclamaient l’abandon. Il a toutefois affirmé qu’il « approuvait » cette réforme « faite au moment où la France avait […] engrangé la plus forte baisse » du chômage et avant la crise du Covid-19.

  • Sur la relance économique

Interrogé sur la relance économique et sur les 700 000 à 900 000 jeunes qui vont arriver sur le marché du travail, le Premier ministre a affirmé qu’il allait « mettre en place des dispositifs qui pourront massivement renforcer leurs chances d’entrer dans un emploi ». Il n’a toutefois pas précisé si ces dispositifs incluraient une prime à l’embauche ou un allégement de cotisations sociales salariales.

Ces salariés étaient « indispensables » pendant le confinement. Ils seront licenciés cet été

Jean Castex a également souligné l’importance du maintien dans l’emploi des autres travailleurs. Pour le garantir, il a évoqué des investissements dans la formation, la transition écologique, l’industrie. « Il faut essayer d’en profiter pour investir dans le pays, dans l’avenir, et permettre aux gens de retrouver des emplois, même si ce n’est pas forcément là où ils étaient [avant] », a-t-il affirmé.

Reconnaissant que l’écologie était une « priorité » sans pour autant savoir s’il y avait été « converti », Jean Castex a promis que, « sur le terrain, territoire par territoire, on va bâtir un plan extrêmement concret, avec des pistes cyclables, l’isolation thermique des bâtiments, l’imperméabilisation des sols, les énergies renouvelables, les circuits courts, tout, tout, tout ».

Aux municipales, les raisons d’une vague verte sans précédent

Il n’a par ailleurs pas écarté l’idée d’un projet de loi sur les 146 propositions adoptées par convention citoyenne pour le climat.

  • Sur les nominations de Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti

Alors que la nomination de Gérald Darmanin, accusé de viol, au poste de ministre de l’Intérieur a provoqué colère et incrédulité, Jean Castex a dit « assume[r] totalement ce choix ». Le ministre « a le droit comme tout le monde à la présomption d’innocence », a-t-il souligné. « Il y a déjà eu sur ces mêmes faits des actes d’instruction qui ont été clairement des actes de rejet », a-t-il ajouté. L’affaire sur cette accusation de viol a en effet déjà fait l’objet d’un non-lieu, mais des investigations ont toutefois été relancées en juin.

Quant à la nomination d’Eric Dupond-Moretti comme ministre de la Justice, qui a indigné des représentants de la magistrature et dont d’anciens propos sexistes ont circulé sur les réseaux sociaux, Jean Castex a affirmé qu’il avait été choisi non pas « pour s’en prendre aux magistrats », mais pour « défendre la justice et lui redonner les moyens ».

Eric Dupond-Moretti, une grenade dégoupillée au ministère de la Justice

Quant à savoir qui, de lui ou du président avait décidé de nommer l’avocat, il a répondu : « Le président a eu l’idée, je l’ai reçu et j’ai fait cette proposition parce que c’est un homme qui m’est apparu formidable. »

  • Sur la ligne TGV Montpellier-Perpignan

Interrogé sur le projet de TGV entre Montpellier (Hérault) et Perpignan (Pyrénées-Orientales), Jean Castex a assuré qu’il mettrait « toute [son] énergie » pour qu’il avance plus rapidement.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire