« L’absence de ministre du Numérique demeure un très mauvais signal »



Un remaniement occasionne toujours beaucoup de commentaires. Si les nominations d’Eric Dupond-Moretti à la Justice, de Roselyne Bachelot à la Culture et de Gérald Darmanin à l’Intérieur font aujourd’hui beaucoup réagir, il est une absence qui est également très remarquée : le Numérique. Alors que de nombreux secrétaires d’Etat ont été promus ministres délégués, ce n’est pas le cas du secrétariat d’Etat au Numérique et, pour l’heure, on ne sait pas s’il va être reconduit ou disparaître totalement. Un détail de remaniement, qui suscite toutefois des indignations de plusieurs professionnels du secteur. A commencer par Nicolas Brien, patron de France Digitale, plus grande association d’entrepreneurs et d’investisseurs français du numérique. Interview.

Fin juin, 54 personnalités du monde du numérique (hackers, députés, dirigeants d’entreprises, experts…) appelaient dans une tribune à la création d’« un ministère du Numérique ». Finalement, le numérique apparaît comme le grand oublié du remaniement : l’Elysée n’a annoncé aucun ministre ou ministre délégué.

C’est plus que surprenant alors qu’on sort du confinement. Durant ces trois mois, le nombre de télétravailleurs a été multiplié par dix – ce qui est l’une des plus importantes mutations du monde du travail de ces dernières années – ; les cyberattaques ont été multipliées par quatre – ce qui en fait l’une des plus importantes menaces sur la souveraineté nationale – ; et l’e-commerce a été multiplié par deux – ce qui en fait probable