un choix « et de droite, et de droite »



La France connaît le nom de son nouveau Premier ministre : ce sera le haut fonctionnaire Jean Castex, prédécesseur d’Emmanuel Macron au poste de secrétaire général adjoint de l’Elysée à la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy, et qui s’était fait connaître pendant la crise du Covid-19 sous sa casquette de « Monsieur déconfinement ».

Qui est Jean Castex, le nouveau Premier ministre ?

Un choix qui ne semble pas franchement orienter la barre du quinquennat Macron vers la gauche… Au point que l’opposition de gauche dénonce un virage sarkozyste du président de la République. Tour d’horizon des réactions politiques.

Pourquoi Macron se sépare de son Premier ministre loyal, solide et populaire

La France insoumise

  • « Il fallait à Emmanuel Macron un Premier ministre docile, techno et surtout pas casse-tête : c’est Castex », ironise le député « insoumis » Eric Coquerel.

Génération.s

  • « Le tournant social et écologiste” du quinquennat sera donc porté par… un ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy ! Qui peut y croire ? », s’indigne Benjamin Lucas, le porte-parole du parti fondé par Benoît Hamon.

Parti socialiste

  • Pour le Premier secrétaire du PS Olivier Faure, « le Président de la République confirme sans surprise son cap. Le jour d’après sera de droite comme le jour d’avant. Salutations républicaines à l’ancien et au nouveau Premier ministre », écrit-il sur Twitter.
  • « Avec le choix de Jean Castex pour Matignon, la macronie achève son coming out sarkozyste », estime la porte-parole du PS Corinne Narassiguin, qui ajoute que le quotidien « Libération » va pouvoir « recycler sa une du 16 juin ». Celle-ci représentait un montage photo sous le titre « Macron déconfine Sarkozy ».

Au centre

  • Le député européen LREM Gilles Boyer, proche d’Alain Juppé, salue « un excellent choix » et adresse ses félicitations à Jean Castex, « grand serviteur de l’Etat, élu local, et belle personne que les Français vont découvrir », assure-t-il.
  • Le président de l’UDI Jean-Christophe Lagarde se montre critique sur la nomination de Jean Castex : « Après qu’Edouard Philippe a refusé de le suivre dans son virage dépensier », cette nomination est pour lui « un message clair : le président veut gouverner seul et en direct pour préparer la présidentielle. Ça ne fait pas trop réinvention mais plutôt déjà-vu. »

Les Républicains

  • Le président de LR Christian Jacob avoue sa déception auprès de l’AFP : « On pouvait attendre un virage politique, mais c’est technocratique » avec quelqu’un « retenu pour gérer les affaires courantes ». Selon lui, Jean Castex, qui vient de LR, n’est « pas identifié comme de droite » auprès du grand public et il « n’a jamais exercé de responsabilités » mais « de fait, à partir du moment où il s’inscrit dans la politique menée par Emmanuel Macron, bien évidemment il n’est plus aux Républicain ». « Il avait pris ses distances ces derniers jours ». « En matière de trahisons, on a donné déjà. »
  • Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France, écrit : « Je connais et j’apprécie les qualités de serviteur de l’Etat de Jean Castex. Elles seront indispensables dans les moments difficiles que nous allons connaitre… Puissent-elles corriger les mauvais choix du Président de la République. C’est le plus solide du couple exécutif pendant la crise qui s’en va. Les différends que j’ai pu avoir avec Edouard Philippe étaient liés aux choix du Président de la République. Respect pour le sens de l’Etat dont il a fait preuve. »

  • Le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti : « En nommant Jean Castex dont la seule légitimité est technocratique, Emmanuel Macron dissout Matignon. Menacé par la popularité d’Édouard Philippe, il dérive désormais de plus en plus vers un pouvoir totalement personnel et autoritaire. »

Rassemblement national

  • Le conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, sarcastique, évoque le « grand choc démocratique tant attendu » et « l’époustouflante réinvention du président de la République ».

Remaniement : le jeu de chaises musicales est lancé





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire