Test DVD : Revenir | Critique Film


C’est la ferme où Thomas est né. C’est sa famille. Son frère, qui ne reviendra plus, sa mère, qui est en train de l’imiter, et son père, avec qui rien n’a jamais été possible. Il retrouve tout ce que qu’il a fui il y a 12 ans. Mais aujourd’hui il y a Alex, son neveu de six ans, et Mona, sa mère incandescente.

Le film

[4/5]

Avec la longue période du confinement, rares ont été les films sortis en salles depuis le début de l’année et qu’on peut ranger dans la catégorie « coups de cœur ». Revenir en fait partie et le voilà qui sort en DVD.

« Franchement, dans une période où on observe une grande inflation dans la durée des films, on aimerait être confronté plus souvent à un film comme Revenir : pensez donc, un film qui ne dure que 77 minutes mais qui, grâce à ses qualités de concision et de précision, réussit dans ce court laps de temps à nous entretenir de nombreux sujets, avec, à la fois, force et intelligence. C’est ainsi qu’on passe de la mauvaise relation entre un père taiseux et son fils pas très bavard (on ne saura jamais vraiment les raisons de cette opposition qui a entrainé le départ de Thomas vers un pays lointain) à la naissance d’un coup de foudre, de la maladie d’une mère à l’attachement ressenti par un oncle pour son très jeune neveu, de la vente des vaches d’une exploitation agricole pour couvrir ses dettes à la découverte par Thomas de la vérité concernant la mort de son frère, de la vision d’une exploitation agricole qui a été poussée au déclin par la spirale infernale vécue par de nombreux paysans (dettes, on vous pousse à grossir, pour, soi-disant, mieux vous en sortir, emprunt, dettes) à celle d’une exploitation voisine qui, elle, vit bien grâce à son passage au bio. Un montage précis, de belles images d’une région baignée par le soleil, une grande délicatesse plutôt qu’un didactisme appuyé dans la façon dont tous ces sujets sont abordés, ces qualités importantes font que ce qui pourrait laisser penser à un « petit » film reste en fait profondément ancré dans les souvenirs. »

Si cet extrait de la critique parue sur le site au moment de la sortie en salles vous donne envie de la lire dans son intégralité, c’est ici qu’il faut cliquer.

Le DVD

[4/5]

Un DVD qui, une fois de plus, fait honneur à Pyramide Vidéo. La belle lumière de la Drome estivale, excellemment filmée par le Directeur de la photographie Victor Seguin, est très bien restituée dans ce DVD. Concernant le son, on est dans ce qui se fait de plus classique : choix entre 5.1 et 2.0, possibilité d’audiodescription, visionnage du film avec ou sans sous-titres pour sourds et malentendants.

A part quelques bandes-annonce, un seul supplément est présent sur le DVD, mais son intérêt est grand puisqu’il s’agit de Marlon, un court-métrage de 20 minutes réalisé en 2017 par Jessica Palud. Dans ce court-métrage, photographié comme Revenir par Victor Seguin et qui raconte la première visite d’une adolescente de 14 ans à sa mère qui purge une peine de prison, la réalisatrice démontrait déjà les qualités que l’on retrouve dans Revenir : un art consommé du montage, la volonté de venir saisir l’expression des visages avec de nombreux gros plans, une façon particulière de s’impliquer au plus près dans des relations familiales.



Critique film

A lire aussi

Laisser un commentaire