[Revue de presse] Covid-19 : l’épidémie progresse dans le monde, l’Europe sur ses gardes


Revue de presse
06.07.2020

Les autorités de l’Organisation mondiale de la santé s’inquiètent de l’augmentation du nombre de cas de Covid-19 dans le monde. La situation paraît moins tendue en Europe, où l’apparition de foyers localisés a toutefois conduit certains pays à reconfiner partiellement leurs populations.

En Europe, plusieurs pays ont réintroduit des mesures de confinement dans plusieurs régions, comme en Espagne près de Barcelone – Crédits : Rahme Veziroglu / iStock

« S’il vous plaît, n’ignorez pas ce que vous disent les chiffres« . Vendredi 3 juillet, le responsable des urgences sanitaires de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) Michael Ryan lançait un nouvel appel à la communauté internationale. Depuis le mois de juin, l’institution « n’en finit plus d’alerter« , souligne Libération.

Ces derniers jours, « deux seuils symboliques ont été franchis » [Le Monde]. Vendredi 3 juillet, le nombre de cas d’infection dans le monde a franchi la barre des 10 millions, tandis que le nombre de victimes dépassait les 500 000 morts, « un bilan qui a doublé en deux mois« . Ainsi, « sur les 11,3 millions de malades du Covid-19 officiellement recensés, plus de 60 % ont été signalés en juin [et] le rythme de contamination n’a pas faibli depuis« , complète Libération.

Touchée plus tardivement, l’Amérique latine a notamment « dépassé l’Europe en nombre de cas » depuis le 3 juillet, poursuivent les Echos. Une situation qui continue d’inquiéter l’organisation internationale, pour qui l’épidémie « est loin d’être finie« , voire « s’accélère« , poursuit Le Monde.

Reconfinements partiels

Le continent européen reste toutefois « la région du monde la plus endeuillée avec près de 200 000 morts« . Et bien que la situation sanitaire globale s’y stabilise « depuis plus d’un mois à moins de 20 000 nouveaux cas déclarés chaque jour« , leur augmentation « dans une dizaine de pays européens » inquiétait encore l’OMS il y a peu [Le Monde].

Certains pays, « qui pensaient avoir laissé l’épidémie derrière eux« , ont du mettre en place des « confinements locaux« , rappelle Libération. Ce week-end, l’Espagne a notamment procédé à des mises en quarantaine locales. Quelques jours après avoir rouvert les frontières aux touristes étrangers, « les autorités ont décidé de reconfiner 200 000 habitants autour de Lerida« , en Catalogne [La Croix]. Une mesure prise « au vu d’une croissance importante du nombre de cas de contagions de Covid-19« , poursuit le média. Moins de quarante-huit heures plus tard, c’était au tour de la région de Galice, au nord-ouest du pays, d’imposer « des restrictions à environ 70 000 personnes« , complète Reuters.

Un peu plus tôt, « c’est en Allemagne que deux abattoirs de la région de Gütersloh ont eu un effet cluster et entraîné le maintien à domicile de 600 000 personnes« . Tandis qu’au Portugal, « c’est autour de la capitale que 700 000 habitants de 19 quartiers populaires ont été reconfinés à domicile« , rapporte L’Humanité. En Italie, « les autorités ont prévu de mettre en place de nouvelles mesures » [Euronews], et certains pays auparavant épargnés, comme la Serbie ou la République tchèque, « ont vu leurs chiffres de contamination monter en flèche ces derniers jours » [Libération].

Craintes d’une nouvelle vague

Pour le moment, ces « flambées de cas » devraient pouvoir « être contenues au niveau local, sans avoir à ‘réintroduire de restrictions généralisées‘ », estime le directeur de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus [Libération]. En Espagne, le Premier ministre se veut également rassurant. S’il invite les habitants à « ne pas baisser la garde« , il précise que « la détection précoce de ces foyers montre que le système de santé est bien mieux préparé » [Reuters]. Tandis que dans d’autres pays comme la France, « les indicateurs n’ont jamais été aussi bons​ » [20 minutes].

Toutefois, « laccélération de la pandémie dans le monde et l’apparition de nouveaux foyers en Chine, berceau du virus » incitent les Européens à rester vigilants face au risque de deuxième vague, relève L’Humanité. « Le risque d’une reprise de l’épidémie de Covid-19 à l’automne en France, voire dès cet été, est pris très au sérieux par les autorités de santé », soulignaient il y a quelques jours Les Echos. « Tant que le virus circule ailleurs dans le monde, le risque d’une reprise en France dans les mois qui viennent subsiste », rappellait alors l’épidémiologiste Sibylle Bernard-Stoecklin, interrogée par le média.

 

Les autres sujets du jour

Crise migratoire

Economie

Régimes politiques et élections

Relations extérieures

 

 



touteleurope

A lire aussi

Laisser un commentaire