À Paris, Audrey Pulvar, nommée en charge de l’alimentation durable et l’agriculture, suscite (à tort) la polémique



Publié le 06 juillet 2020

La maire de Paris fraîchement réélue Anne Hidalgo vient de nommer l’ancienne journaliste et présidente de la Fondation pour la Nature et l’Homme Audrey Pulvar adjointe en charge de l’alimentation durable, de l’agriculture et des circuits-courts. Un portefeuille moqué sur les réseaux sociaux alors que la capitale et ses millions d’habitants représentent un vrai levier de transition agroalimentaire.

C’est un nouveau portefeuille qui marque un vrai engagement dans la politique agroalimentaire de la capitale. Anne Hidalgo, qui a été réélue à la tête de Paris le 28 juin, vient de former son nouveau cabinet. Parmi les 37 adjoints élus, l’édile a nommé Audrey Pulvar en charge de l’alimentation durable, de l’agriculture et des circuits courts. Auparavant, le poste qui se rapprochait le plus de ces enjeux était celui de l’adjointe PS Pénélope Komitès qui était en charge des espaces verts, de la nature en ville, de la biodiversité, de l’agriculture urbaine et des affaires funéraires.

« Ma délégation a un objectif difficile mais décisif. Rien moins que faire de Paris la « capitale du mieux manger », a expliqué sur Twitter Audrey Pulvar. « Une alimentation saine et de saison pour tous, à prix abordable mais qui assure une juste rémunération des agriculteurs et réduire notre empreinte environnementale », ajoute-t-elle.

Des « arrières pensées nauséabondes »

Mais sa nomination a fait l’objet de railleries pendant le week-end sur les réseaux sociaux. « Qui peut me communiquer le nombre d’agriculteurs exerçant à Paris ? », s’est moqué un internaute. Une photo d’Audrey Pulvar en short avec une fourche à la main devant une botte de paille a également été publiée, sans son accord, suscitant nombre de messages sexistes. L’ancienne présidente du Medef, Laurence Parisot, a défendu la nouvelle adjointe en dénonçant les « bêtises qui fleurissent sur Twitter » les qualifiant « d’arrières pensées nauséabondes ».

Face à l’ampleur des critiques, Audrey Pulvar a publié une série de Tweets dimanche soir rappelant qu’elle était qualifiée pour ce poste puisqu’elle a « présidé la Fondation pour la Nature et l’Homme » et, à ce titre, a « passé beaucoup de temps sur les exploitations agricoles de toutes tailles, des sites horticoles, dans des cantines et restaurants collectifs, sur des sites de recyclage (…) ».

La plus grande ferme urbaine d’Europe

La capitale représente un vrai levier de transition agroalimentaire car, comme le rappelle un ingénieur sur Twitter, « la ville de Paris, collectivité à statut particulier depuis peu, réunit des compétences d’un conseil département et d’une commune. À ce titre, elle est responsable d’alimentation quotidienne de milliers de petits Parisiens des écoles et des collèges ». Anne Hidalgo, souhaite ainsi des cantines « 100 % bio » via l’installation de « deux grands potagers dans les bois de Boulogne et de Vincennes »  et ses appels à projets baptisés Parisculteurs.

Au total Paris compte plus de 230 sites d’agriculture en ville. La capitale va aussi ouvrir la plus grande ferme urbaine d’Europe s’étendant sur 14 000 mètres carrés situés sur les toits du Parc des expositions porte de Versailles.

Marina Fabre, @fabre_marina





novethic

A lire aussi

Laisser un commentaire