« Un quota carbone individuel pour organiser la diminution du trafic aérien »



Delphine Batho a déposé, avec son collègue député François Ruffin, une proposition de loi instituant un « quota carbone individuel » limitant les voyages en avion. « Un changement conceptuel dans la lutte contre le changement climatique », explique l’ancienne ministre socialiste, désormais présidente de Génération écologie.

Vous proposez de limiter l’usage de l’avion au moyen d’un « quota carbone individuel ». Comment cela fonctionnerait-il ?

Il faut d’abord expliquer sa raison d’être. Nous sommes dans une situation où le niveau d’émission des gaz à effet de serre augmente. Il y a urgence à agir, on ne peut pas continuer avec le niveau actuel de trafic aérien. Il faut au contraire organiser sa diminution.

Or, le secteur ne s’inscrit pas du tout dans cette perspective. Il parle seulement de « neutraliser la hausse future des gaz à effet de serre », ce qui revient à conserver le niveau actuel des émissions de CO2. Et comment ? Par une fausse neutralisation basée sur la compensation carbone. Autrement dit, on va planter des arbres, ce qui est une vue de l’esprit, ou bien on va recourir aux agrocarburants, qui entraînent la déforestation.

Faut-il avoir honte de prendre l’avion ? (et pourquoi ?)

Le gouvernement a pourtant débloqué 1,5 milliard pour soutenir la recherche d’un avion bas carbone. Vous n’y croyez pas ?

Je suis pour la recherche et développement. Mais on ne peut pas s’en remettre à une sorte de bluff technologique qui consisterait à poursuivre la recherche en pensant que, pe





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire