« Le clanisme et le clientélisme ont vécu »



A 15 heures, une clameur monte, telle une délivrance, des rangs des électeurs et militants du Printemps Marseillais massés sur le parvis de l’Hôtel de Ville dès potron-minet. La nouvelle leur est parvenue de l’hémicycle Bargemon : leur candidate, Michèle Rubirola, 63 ans, vient d’être élue maire de Marseille. Cette médecin à la Sécurité sociale, militante écologiste aux convictions de gauche bien ancrées, est la première femme à accéder à cette fonction dans l’histoire de la cité phocéenne. Un couronnement au terme d’une aventure inédite, à la tête d’un rassemblement nouveau qui a tenu contre vents et marées. Avec elle, les Verts accrochent à leur tableau d’honneur municipal la deuxième ville de France.

Michèle Rubirola devient maire de Marseille et fait basculer la ville à gauche

Avec elle aussi, la gauche marseillaise relève la tête. Avec elle, surtout, les collectifs citoyens qui s’étaient constitués après le drame de l’immeuble effondré de la rue d’Aubagne, pour exprimer leur colère et venir en aide aux délogés des immeubles en péril (plus de 3 500 personnes) n’ont pas protesté en vain.

Michèle Rubirola a été élue, au second tour, par 51 voix sur 92 suffrages exprimés. Elle obtient la majorité absolue grâce aux 9 voix de Samia Ghali : la sénatrice de gauche s’était présentée au premier tour, mais après 3 heures de suspense et de longues tractations, elle a annoncé son retrait juste avant le deuxième tour ; Lisette Narducci, ancienne guériniste qui avait rallié LR, a aussi ap

!function(f,b,e,v,n,t,s) {if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version='2.0';n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window,document,'script','https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js');fbq('init','363679417311246');fbq('track','PageView');fbq('track','ViewContent' ,{content_id:'30901',content_category:'Elections municipales 2020',content_title:'Michèle Rubirola, maire de Marseille : « Le clanisme et le clientélisme ont vécu »',content_type:'article',content_tier:'premium'} );



nouvelobs