80% des 6 000 plantes sauvages qui poussent en France sont comestibles



#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Vianney, guide de la faune et de la flore, est un fin connaisseur des plantes et de leurs vertus. Pendant son périple de cinq mille kilomètres à pied entre la baie de Somme et l’Espagne, emportant dans sa charrette le strict nécessaire, il a prouvé chaque jour qu’il était encore possible de se nourrir, mieux et sans argent, grâce à la nature toujours généreuse. Il suffit de se baisser et ramasser pour renouer avec les savoirs ancestraux, ceux notamment des chasseurs-cueilleurs, pas si lointains ancêtres.

Là où un non-initié ne perçoit qu’un environnement décoratif ou des mauvaises herbes, le guide-nature voit un potager. Ce jour-là, Il s’écarte de la route pour cueillir un délice qu’il met dans une gourde remplie d’eau. « Maintenant, il faut que cela prenne le soleil toute la journée, et cela fait une infusion de fleurs de carottes. Cela devrait être pas mal, car elles ont un petit goût anisé, proche du poivre. Ça devrait être sympa », dit-il au magazine « 13h15 le samedi » (replay), en se régalant d’avance.

« L’ortie est l’une des plantes les plus nutritives du monde »

« Quand je prélève sur une plante, je ne prends pas tout, explique-t-il en coupant des plantes de la famille des pissenlits. En cette période, elles peuvent être un petit peu amères mais ce n’est pas bien grave. L’amer est aussi un goût. » Et d’un plant d’orties, il fait un festin : « C’est l’une des plantes les plus nutritives du monde. Il y a toutes les protéines qu’on attend dans la viande. S’il y a un jour un problème de nutrition dans notre environnement, on peut se retourner en toute confiance vers l’ortie. »

Vianney donne tous les trucs pour cueillir et manger cette plante magique sans se piquer les doigts et la langue : « Si je la prends par le dessous, je ne me pique pas. Le piquant des orties est soit horizontal, soit légèrement en diagonale, vers le haut. Pour la grignoter à cru, il faut récolter seulement la sommité. On remonte les poils pour les casser tous et faire sortir le poison, l’histamine qui se trouve à l’intérieur. On roule bien [dans la paume de la main] pour s’assurer que tous les piquants sont cassés. Ainsi, on ne se pique pas, tout va bien. » Il existe en France 6 000 plantes sauvages différentes et 80% d’entre elles sont comestibles.

> Les replays des magazines d’info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique « Magazines ».



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire