Nouveaux membres de l’Académie : la promotion 2020



Emily Dickinson A Quiet Passion de Terence Davies © 2016 Jo Voets / Hurricane Films / Scope Pictures /
Paname Distribution Tous droits réservés

L’Académie du cinéma américain continue vaille que vaille la politique de diversification et de représentativité de ses membres, entamée il y a cinq ans par sa présidente de l’époque Cheryl Boone Isaacs. Son objectif lancé en 2016 est désormais atteint, aussi grâce aux 819 nouveaux membres, dont la liste a été annoncée cette semaine, le mardi 30 juin. Le nombre des invités est en légère baisse par rapport aux années passées, après 928 professionnels du cinéma en 2018 et 842 l’année dernière. Ces heureux élus viennent de 68 pays différents, une hausse plutôt significative par rapport aux 59 pays des deux années passées.

Par rapport à la composition de l’Académie en 2015, année marquée par la controverse #OscarsSoWhite, les femmes représentent désormais un tiers des membres contre seulement un quart auparavant. De même, le taux de membres appartenant à des communautés ethniques ou raciales sous-représentées a triplé. Ce qui fait cependant toujours un pourcentage limité de 19 %, contre seulement 10 % il y a cinq ans. Enfin, la promotion 2020 se distingue par son fort taux international – presque la moitié des nouveaux membres avec 49 % – , une part presque aussi élevée de femmes à 45 %, ainsi que ces fameuses « personnes de couleur » à 36 %.

Dans d’autres actualités récentes autour des Oscars, signalons le report de deux mois de la prochaine cérémonie à cause de l’épidémie du coronavirus, annoncé le 15 juin dernier. Les 93èmes Oscars auront désormais lieu le dimanche 25 avril 2021, alors qu’ils étaient initialement prévus pour le 28 février. La nouvelle date coïncidera, si tout va bien, avec l’ouverture du nouveau musée de l’Académie, le 30 avril 2021, au bout d’un chantier interminable. Puisque les Oscars se tiendront plus tard que d’habitude, la période d’éligibilité des films nommés a de même été rallongée jusqu’au 28 février 2021. Les nominations seront, quant à elles, annoncées le lundi 15 mars 2021. Alors que la cérémonie des Oscars avait souvent eu lieu au mois d’avril dans les années 1960 et ’70, ce sera la première fois que elle se tiendra aussi tard dans l’année depuis celle de 1988 ayant consacré Le Dernier empereur de Bernardo Bertolucci.

Enfin, la veille de l’annonce de la liste des invités, l’Académie a changé le statut de ses membres exerçant le métier d’agents, qui auront dès à présent le droit de participer au vote pour les prix suprêmes du cinéma américain. Une modification du règlement qui concernerait environ une centaine des près de 10 000 membres de l’Académie.

Cynthia Erivo dans Harriet © 2019 Glen Wilson / Martin Chase Productions / Perfect World Pictures / Focus Features /
Universal Pictures International France Tous droits réservés

L’embarras du choix

Comme tous les ans, une petite dizaine d’artistes ont su s’imposer sur plusieurs terrains d’activité à la fois, ce qui leur aura valu une double invitation de la part des dix-sept départements qui composent l’Académie. Ces quatre hommes et autant de femmes devront par contre se décider à quel corps de métier ils souhaitent adhérer au sein de l’Académie. En 2020, le doublon avec une légère majorité est, comme c’est souvent le cas, celui des scénaristes / réalisateurs.

Y sont conviés le réalisateur du film nommé cette année à l’Oscar du Meilleur Film international Ladj Ly (Les Misérables) et sa consœur Mati Diop (Atlantique) dont l’aventure américaine s’était arrêtée après la liste des présélections dans cette catégorie, ainsi que la réalisatrice Lulu Wang (L’Adieu The Farewell). Après leur exploit d’une double nomination pour leur documentaire et film international Honeyland La Femme aux abeilles, prévu de sortir en France le 16 septembre prochain, les réalisateurs Ljubo Stefanov et Tamara Kotevska récidivent en quelque sorte, en se faisant inviter à la fois chez les réalisateurs et au département du documentaire. Leur producteur et monteur Atanas Georgiev est également de la partie, grâce à une double invitation chez les monteurs et au documentaire.

Après sa double nomination en janvier dernier dans les catégories de la Meilleure actrice et de la Meilleure chanson pour Harriet de Kasi Lemmons, Cynthia Erivo pourra choisir entre ces deux domaines artistiques. Enfin, Jérémy Clapin a beau avoir perdu son corps, son film d’animation nommé cette année (J’ai perdu mon corps) lui a fait gagner une double invitation chez les animateurs et les scénaristes.

Florence Pugh dans Les Filles du docteur March © 2019 Wilson Webb / Regency Enterprises / Pascal Pictures /
Sony Pictures Releasing France Tous droits réservés

Avec les félicitations du jury

Être nommé aux Oscars est déjà une distinction à part entière. Et ne parlons même pas du prestige éternel qui anoblit les heureux gagnants. La reconnaissance de ses pairs peut de même équivaloir à une invitation à faire partie de l’Académie. Cette année, la plupart des personnalités dans la course à l’Oscar devraient a priori déjà être membres de la vénérable institution hollywoodienne. Il y en a donc juste quelques uns à qui leur nomination ouvre encore plus grand les portes de la reconnaissance professionnelle. Chez les acteurs, en dehors de Cynthia Erivo citée plus haut, seule Florence Pugh est sollicitée de la sorte, à la suite de sa nomination surprise en tant que Meilleure actrice dans un second rôle dans Les Filles du docteur March de Greta Gerwig.

Un seul candidat de même chez les chefs opérateurs avec Jarin Blaschke, nommé pour le noir & blanc sublime de The Lighthouse de Robert Eggers. Le réalisateur polonais Jan Komasa n’a certes pas été nommé personnellement, mais son film La Communion l’a été comme Meilleur Film international. Auprès des monteurs, la moisson a été plus riche, par le biais des invitations émises à l’oscarisé Andrew Buckland (Le Mans 66 de James Mangold), ainsi qu’aux nommés Tom Eagles (Jojo Rabbit de Taika Waititi), Jeff Groth (Joker de Todd Phillips) et Jimmo Yang (Parasite de Bong Joon-ho).

John David Washington dans Tenet © 2020 Melinda Sue Gordon / Warner Bros. France Tous droits réservés

On vous aime un peu, beaucoup, mais pas encore passionnément

Louper de près ou de loin une nomination à l’Oscar, puis quand même être invité à rejoindre l’Académie, cela doit toujours laisser l’arrière-goût doux-amer du lot de consolation. Cette année, les actrices Awkwafina (Golden Globe de la Meilleure actrice dans une comédie dans L’Adieu The Farewell de Lulu Wang) et Ana De Armas (nommée au même Golden Globe pour A couteaux tirés de Rian Johnson), ainsi que le réalisateur Robert Eggers (The Lighthouse) peuvent soit l’accepter, soit le refuser.

Et avant même d’atteindre ce niveau de consécration, la nouvelle génération fait progressivement son entrée dans les rangs de l’Académie, depuis 2016, mais en fait depuis de nombreuses années. A ce sujet, vous souvenez-vous du scandale autour de l’invitation adressée à Barbra Streisand en 1968, avant même que elle ne gagne son premier Oscar ex æquo avec Katharine Hepburn l’année suivante ? En 2020, cet apport de sang neuf essentiel est assuré entre autres par les acteurs Beanie Feldstein (Booksmart de Olivia Wilde), Kelvin Harrison Jr. (La Voix du succès de Nisha Ganatra), George MacKay (1917 de Sam Mendes), Thomasin McKenzie (Jojo Rabbit de Taika Waititi), Lakeith Stanfield (A couteaux tirés de Rian Johnson), John David Washington (Tenet de Christopher Nolan – comment se fait-il que son père ne l’ait pas fait entrer plus tôt … ?) et Constance Wu (Queens de Lorene Scafaria).

Udo Kier dans Bacurau © 2019 Ancine / Globo Filmes / Cinema Scopio Produções / SBS Distribution Tous droits réservés

Mieux vaut tard que jamais ou on a failli vous oublier

Avec près d’un millier de nouveaux membres par an depuis un certain temps, on aurait pu croire que l’Académie du cinéma américain a désormais rattrapé tous ses oublis du passé par rapport aux artistes de renom n’ayant pas encore acquis le droit de vote aux Oscars. Eh bah, non ! Le degré d’étonnement s’affaiblit certes d’année en année. Mais dans cette longue liste, on tombe toujours sur des noms plus ou moins célèbres injustement ignorés jusque là. A moins que ce soient eux qui ne veulent absolument pas faire partie de l’élite hollywoodienne …

Parmi les acteurs, citons Yalitza Aparicio (nommée à l’Oscar de la Meilleure actrice en 2019 pour Roma de Alfonso Cuaron), Bobby Cannavale (The Irishman de Martin Scorsese), Tyne Daly (A Bread Factory de Patrick Wang), Udo Kier (Bacurau de Juliano Dornelles et Kleber Mendonça Filho), Eva Longoria (Dora et la cité perdue de James Robin), Nathasha Lyonne (Irrésistible de Jon Stewart), Ben Mendelsohn (Le Roi de David Michôd), Alexander Siddig (Manhattan Lockdown de Brian Kirk) et Olivia Wilde (Le Cas Richard Jewell de Clint Eastwood).

Sans être un expert en matière de costumes, on peut tout de même s’étonner que la costumière Amy Westcott, récompensée du prix de son syndicat en 2011 pour Black Swan de Darren Aronofsky, ne soit invitée que maintenant. De même pour les réalisateurs, peut-être pas toujours actifs dans le champs de films à Oscars, Shane Carruth (Upstream Color), Terence Davies (Emily Dickinson A Quiet Passion), Matt Reeves (La Planète des singes Suprématie), Matthew Vaughn (The King’s Man Première mission), Wash Westmoreland (Colette), ainsi que le producteur Ryan Murphy (« American Crime Story ») et le compositeur Michael Nyman (La Leçon de piano de Jane Campion).

Adèle Haenel dans Portrait de la jeune fille en feu © 2019 Lilies Films / Hold Up Films / Arte France Cinéma /
Pyramide Distribution Tous droits réservés

Parlez-vous Oscar ?

Et la France dans tout cela ? Elle est assez bien représentée, à travers des succès récents dans les salles américaines avant leur fermeture comme Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma (l’actrice Adèle Haenel, le monteur Julien Lacheray et la productrice Bénédicte Couvreur) et Les Misérables (le réalisateur Ladj Ly, son acteur et co-scénariste Alexis Manenti et le producteur Christophe Barral), ainsi que la costumière Caroline De Vivaise (La Princesse de Montpensier de Bertrand Tavernier) et les réalisateurs de documentaires Nicolas Philibert (De chaque instant) et Yolande Zauberman (M).

Ailleurs dans le monde, ce seront dès lors les professionnels du cinéma venus de Chine (l’actrice Zhao Tao – Les Éternels de Jia Zhang Ke), de l’Iran (la réalisatrice Samira Makhmalbaf – A cinq heures de l’après-midi), d’Italie (la réalisatrice Cristina Comencini – La Bête dans le cœur nommé à l’Oscar du Meilleur Film étranger en 2006 – et l’acteur Pierfrancesco Favino – Le Traître de Marco Bellocchio) et du Mexique (le réalisateur Michel Franco – Les Filles d’avril) qui auront droit au chapitre des Oscars.

Enfin, en nous aventurant par hasard dans la rubrique des nouveaux membres sans département assigné, nous y avons trouvé les noms des délégués généraux des trois festivals européens majeurs, celui de Berlin (Carlo Chatrian), de Cannes (Thierry Frémaux) et de Venise (Alberto Barbera) !



Critique film

A lire aussi

Laisser un commentaire