Bachelot tacle les médecins sans masque et s’attire les foudres d’un syndicat


« On attend que le préfet ou le directeur de l’ARS viennent avec une petite charrette pour apporter des masques ? » L’ex-ministre de la Santé Roselyne Bachelot s’est attiré les foudres de certains médecins après des propos tenus mercredi 1er juillet devant l’Assemblée nationale. Interrogée sur la gestion de la crise du coronavirus, celle qui a été en poste de 2007 à 2010 a dénoncé une société « infantilisée ».

La rédaction vous conseille

Sur la question de la pénurie de masques, qui a secoué le pays au début de l’épidémie, l’ancienne ministre a balayé les plaintes de médecins. « J’ai entendu un représentant d’un syndicat de médecins dire “nous n’avons pas de masques dans nos cabinets”. Mais enfin, des médecins qui n’ont pas de masques, qui ne se constituent pas un stock, ni de blouses dans leurs cabinets… Pourquoi les médecins ne portent-ils plus de blouses ? Dans le pays de Pasteur, c’est quoi cette médecine ? », s’est-elle étonnée.

« Pourquoi n’a-t-on pas des blouses ? Cela n’existe plus ? On attend que le préfet ou le directeur de l’ARS viennent avec une petite charrette pour apporter des masques ?, a-t-elle raillé. C’est quoi ce pays infantilisé ? Il faut se prendre en mains dans ce pays, c’est ça la leçon qu’il faut tirer. Tant qu’on attendra tout du seigneur du Château, on est mal. »

Face à une certaine « infantilisation », elle a au contraire appelé à « la création d’une société résiliente, où chaque citoyen s’empare de se protection ».

Masques : enquête sur le scandale d’une pénurie

Interpellée par le député Eric Ciotti (LR), qui l’a jugée « sévère » avec les médecins qui se sont retrouvés face à une pénurie de matériel médical, Roseline Bachelot a renchéri, estimant que les stocks devaient être constitués avant une crise. « Evidemment que si on essaie de se procurer des masques au moment de la pandémie, il n’y en a nulle part », a-t-elle martelé.

Des propos jugés « indignes » par un syndicat de médecins

Des propos qui n’ont pas du tout plu à Jean-Paul Hamon, médecin généraliste et président de la Fédération des Médecins de France, qui les a jugés « indignes », mercredi soir sur Franceinfo.

« Ça ne m’étonne pas qu’elle pense qu’on n’ait pas de masque, pas de blouse dans nos cabinets. Déjà en 2009 lors de la grippe H1N1, ses services pensaient que les médecins généralistes n’avaient pas de frigo dans leurs cabinets. Roselyne Bachelot ferait mieux de se taire plutôt que de faire le clown devant la représentation nationale », s’est-il emporté.

Quand la France possédait deux milliards de masques pour faire face à une pandémie…

Jean-Paul Hamon, qui a demandé à ce que l’on cesse « d’infantiliser les médecins, de dire que ce sont des gens imprévoyants », a défendu les stocks constitués par ses confrères avant la crise, qui ont rapidement fondu : « Quand on s’est aperçus qu’on allait en avoir besoin. On a appelé nos fournisseurs habituels, mais il n’y avait rien, il n’y avait plus moyen de se fournir », rapporte-t-il.

Grave, le médecin a rappelé que 51 médecins étaient décédés du Covid-19, « dont 46 parmi les médecins libéraux », et que « plus de 5 000 d’entre eux ont été contaminés ». « On aimerait bien que Madame Bachelot ait une attitude un peu plus digne », a-t-il demandé.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire