La Chine accusée de stériliser de force des femmes ouïghoures



Un porte-parole de la diplomatie chinoise a réfuté ces allégations, assurant qu’elles étaient « sans fondement ».

La Chine mène dans sa région du Xinjiang à majorité musulmane une politique de contrôle des naissances extrêmement coercitive avec des stérilisations forcées visant notamment la communauté ouïghoure, affirme une étude publiée lundi 29 juin.

Les Ouïghours, principalement musulmans et parlant pour la plupart une langue turcique, c’est-à-dire apparentée au turc, constituent l’un des 56 groupes ethniques du pays. Ils représentent un peu moins de la moitié des 25 millions de personnes vivant au Xinjiang, immense territoire semi-désertique du nord-ouest chinois longtemps frappé par des attentats meurtriers, attribués par Pékin à des séparatistes et des islamistes.

Dans les deux grandes préfectures de la région où les Ouïghours sont majoritaires, le nombre de naissances a ainsi drastiquement chuté depuis 2016, affirme Adrian Zenz, un chercheur allemand qui a déjà écrit plusieurs rapports sur les politiques chinoises au Xinjiang, et qui dit se baser sur des documents administratifs chinois et des entretiens avec des femmes locales.

Certaines déclarent avoir été contraintes de se faire stériliser, sous peine d’être envoyées dans des camps, selon l’étude. L’implantation d’un stérilet aurait été imposée à d’autres. La Chine semble utiliser un contrôle des naissances coercitif dans le Xinjiang dans le cadre « d’une stratégie plus vaste de domination ethno-raciale », écrit aussi Adrian Zenz dans ce rapport publié par la Jamestown Foundation.

Interrogé au sujet du rapport, un porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian, a réfuté lundi ces allégations, assurant qu’elles étaient « sans fondement » et que le Xinjiang était désormais « stable et harmonieux ».

Washington, d’autres capitales occidentales ainsi que de nombreuses organisations de défense des droits de l’Homme accusent aussi la Chine d’avoir interné dans la région au moins un million de musulmans, dans ce qu’elles appellent des camps de rééducation politique. Pékin dément ce chiffre et parle de centres de formation professionnelle, destinés à aider la population à trouver un emploi et à l’éloigner ainsi de l’extrémisme et du terrorisme.

« Nous appelons le Parti communiste chinois (PCC) à cesser immédiatement ces pratiques horribles et nous demandons à tous les pays de se joindre aux Etats-Unis pour demander qu’il soit mis fin à ces abus déshumanisants », a réagi pour sa part le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo.

Selon lui, les « révélations choquantes du chercheur allemand Adrian Zenz sont tristement cohérentes avec l’attitude du PCC pendant des décennies, qui démontre un mépris absolu pour le caractère sacré de la vie humaine et la dignité humaine ».



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire