Le brief éco. Production de gel, bénévolat, aide technique… La crise renforce le mécénat d’entreprise


Selon une enquête de l’Admical, 85% des sociétés interrogées ont réalisé des actions de mécénat spécifiques au coronavirus, comme la production de gel hydroalcoolique par LVMH, Hermès, L’Oréal ou encore Pernod-Ricard, par exemple (photo d’illustration). (R?MY PERRIN / MAXPPP)

De plus en plus d’entreprises françaises se lancent dans des activités de mécénat : financer des associations, des ONG, des festivals, des causes environnementales, humanitaires ou d’intérêt général. Et l’idée ne séduit plus uniquement les grands groupes. Les PME et PMI s’y mettent aussi. Malgré leurs propres difficultés, les entreprises se sont largement mobilisées auprès du monde associatif et hospitalier depuis le mois de mars : 85% des sociétés interrogées par l’Association pour le développement du mécénat industriel et commercial (Admical), jusqu’à la première quinzaine de juin, ont réalisé des actions de mécénat spécifiques au coronavirus.

La production de gel hydroalcoolique par LVMH, Hermès, L’Oréal ou Pernod-Ricard a été mise en avant. Derrière ces actions très médiatisées, nous avons beaucoup moins parlé de toutes les petites structures qui ont mouillé la chemise pour pallier l’urgence : les jeunes pousses dans le milieu de la santé pour aider les hôpitaux dans le suivi des patients à distance ; des sites mobilisant les bénévoles au profil technologique pour créer des applications d’aides aux soignants ; d’autres proposant des services aux entreprises pour assurer la continuité pédagogique des enfants des salariés, etc. Un tiers des entreprises interrogées par Admical ont décidé d’augmenter leur budget mécénat pendant la crise, en nature et en compétences.

La déléguée générale d’Admical, Sylvaine Parriaux, voudrait être optimiste, mais le sondage est clair : si la crise liée à la pandémie de coronavirus a eu l’effet immédiat de déclencher un élan de solidarité spontané et inédit, la crise économique qui se profile va entamer ce mouvement de mobilisation exceptionnel. Il est vrai que le mécénat à la française bénéficie du cadre fiscal le plus incitatif au monde, puisque c’est une déduction d’impôt qui vient réduire l’impôt sur les sociétés, pour une part significative de 60%. Pour autant, le système fiscal tel qu’il est conçu est peu incitatif pour les très petites entreprises. L’Etat pourrait certainement faire mieux car le besoin du monde associatif est très important. Il permet notamment de compléter les financements qu’apporte la sphère publique. Nous voyons combien cela est précieux en ce moment.

Etude Covid-19 d’Admical by Franceinfo on Scribd



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire