La cérémonie républicaine du dimanche électoral



Le premier tour des élections municipales avait laissé un petit goût de « je-ne-sais-quoi », de « presque rien », de n’importe quoi. Nous étions soumis à des injonctions civiques contradictoires : ne pas contaminer et rester chez soi tel un indigne abstentionniste ; exercer un droit durement acquis et étaler un peu de virus sur le rideau de l’isoloir avec une ardeur toute républicaine. Nul n’avait pu goûter le plaisir et l’émotion qui font de ces dimanches électoraux des jours de fête à l’issue incertaine. Même la soirée électorale était décevante ; il manquait un ennui réjouissant, des plans interminables sur des pupitres vides avec micro, des journalistes qui sont de ces soirées depuis que nous sommes nés, seuls capables de rappeler le score de Lecanuet aux municipales de 1983. Bref, c’était raté. Il s’agira de faire mieux pour le second tour, ce dimanche 28 juin.

Masque obligatoire, stylo personnel… comment va se passer le second tour des municipales le 28 juin ?

A première vue,