[Revue de presse] Covid-19 : la reprise des contaminations amène à de nouveaux confinements localisés en Europe


Revue de presse
26.06.2020

A la suite de l’apparition de nouveaux foyers localisés, l’Organisation mondiale de la santé alerte sur le risque d’une seconde vague de contaminations en Europe. Par précaution, certaines villes et régions ont rétabli des mesures de confinement.

Le directeur de la branche Europe de l’OMS, Hans Kluge, a averti quant au risque de reprise de seconde vague dans les pays européens, qui voient pour certains le nombre de contaminations au Sars-CoV-2 repartir à la hausse – Crédits : iStock

« Le reconfinement est l’épée de Damoclès qui pèse sur l’Europe« , s’inquiète Le Parisien avec l’AFP. Car si « l’épidémie a atteint une sorte de plancher« , explique Antoine Flahault, épidémiologiste à l’université de Genève, « le coronavirus n’a pas cessé de circuler » [Le Figaro]. Au niveau mondial déjà, « les records de cas détectés en une journée ne cessent d’être battus sur la planète. Ils étaient de 183 000 nouveaux cas de Covid-19 ce lundi« , explique l’OMS citée par L’Express et l’AFP.

En Europe en particulier, « plusieurs pays voient les nouveaux cas repartir à la hausse« , rapporte Le Figaro. « La semaine dernière, l’Europe a connu une augmentation du nombre de cas hebdomadaires pour la première fois depuis des mois« , a ainsi averti Hans Kluge, le directeur de la branche Europe de l’OMS (qui inclut 53 pays, dont la Russie) lors d’une conférence de presse jeudi 25 juin [Le Monde avec AFP]. Dans plusieurs pays, « l’accélération de la transmission a entraîné une recrudescence très importante qui, si elle n’est pas maîtrisée, poussera les systèmes de santé au bord du gouffre une fois de plus« , a-t-il ajouté.

Coronavirus : chronologie de la pandémie en Europe

Anticiper une seconde vague

Certains cas de recrudescence de l’épidémie ont ainsi déjà attiré l’attention des autorités : en Italie, ancien épicentre de la pandémie, elles ont « appelé à la ‘prudence’ après des ‘signaux d’alerte’ révélant une circulation du virus encore importante« , en particulier à Bologne et à Rome [France 24]. « La Croatie, confrontée la semaine dernière à une hausse allant jusqu’à une trentaine de cas quotidiens, a rétabli la quarantaine de 14 jours – levée fin mai – pour les voyageurs provenant des Balkans. En Slovénie, le port du masque a été réimposé dans les lieux et les transports publics« , poursuit la chaîne.

D’autres mesures plus sévères de restriction sociale ont été réintroduites ailleurs en Europe : en Catalogne, le gouvernement régional est revenu sur sa décision d’autoriser la réouverture des discothèques. Tandis qu’au Portugal, « les habitants de 19 quartiers de la banlieue nord de Lisbonne où persistent des foyers de contagion au coronavirus seront de nouveau confinés à domicile à partir du 1er juillet« , a annoncé le Premier ministre [Le Parisien]. Outre-Rhin, où « la situation est la plus préoccupante (…) la Rhénanie du Nord-Westphalie (ouest) a choisi de confiner deux de ses cantons [quelque 640 000 personnes] jusqu’au 30 juin au moins » : les musées, bars, cinémas et espaces de loisirs en intérieur y sont temporairement fermés [France 24].

Risque surévalué ?

Pour autant, l’Union européenne se dirige-t-elle vers une seconde vague épidémique, et un reconfinement total ? Pas selon le chef du gouvernement portugais : « Il ne s’agit pas d’un retour à la case départ« , a insisté Antonio Costa, rappelant que l’épidémie demeurait sous contrôle dans son pays [Le Parisien]. Car contrairement à la première vague, les Etats paraissent désormais préparés, et plus réactifs. Hans Kluge a ainsi salué « la réaction ‘rapide’ de pays comme la Pologne, l’Allemagne, l’Espagne et Israël face à la flambée de nouveaux cas« , et leurs « interventions rapides et ciblées« , rapporte Le Monde.

Par ailleurs, les situations de recrudescence observées s’expliqueraient « en partie par les stratégies de dépistage intensives« , avance Le Figaro : « C’est le signe que les systèmes de santé décèlent de nouveaux foyers de contaminations, et les combattent« , analyse Didier Pittet, infectiologue aux hôpitaux de Genève et chargé d’évaluer la gestion de crise du gouvernement français. Toutefois, même si les nouveaux clusters identifiés ne se propagent pas au reste de la population, « la hausse des cas en Europe est un rappel« , avertit Le Figaro : « Alors que l’immense majorité de la population du continent n’a pas d’anticorps pour se défendre, le risque d’un retour en force de Sars-CoV-2 n’est pas exclu« . Il est donc « vital » de continuer à suivre les règles d’hygiène et de distanciation, explique l’OMS : « Cette nouvelle forme de normalité est devenue notre quotidien« .

 

 

Les autres sujets du jour

Allemagne

Climat

Elargissement

Eurogroupe

Migrations

Numérique

Pays-Bas

Plan de relance

Pologne

Santé

Social

Transports



touteleurope

A lire aussi

Laisser un commentaire