le jeu de chaises musicales est lancé


Dans les jours suivants le second tour des élections municipales, Emmanuel Macron tracera dans une intervention les grandes lignes du « monde d’après » qu’il appelle de ses voeux depuis le début de la crise du coronavirus. L’initiative s’accompagnera du premier grand remaniement depuis son arrivée à l’Elysée. Revue des forces et faiblesses en présence.

Philippe est-il incontournable ?

Le sort du Premier ministre reste « la » grande inconnue de ce premier grand remaniement du quinquennat Macron. Officiellement, rien n’est tranché. Mais une chose est sûre : trois ans après son arrivée surprise au 57 rue de Varenne, l’ancien lieutenant d’Alain Juppé – qui a survécu aux « gilets jaunes », à la réforme des retraites et au Covid-19 – rempilerait volontiers pour une année supplémentaire, voire deux, à Matignon.

DOSSIER. Macron peut-il se passer d’Edouard Philippe ?

L’actuel chef du gouvernement, candidat aux municipales au Havre, a plusieurs atouts à faire valoir : une loyauté affichée à l’égard du président, une belle cote de popularité et une capacité réelle à séduire cet électorat de droite qui semble indispensable à Emmanuel Macron en vue de 2022. L’absence d’alternative évidente joue aussi en faveur du Normand. Reste à savoir si celui qui continue de se définir comme un « homme de droite » pourra incarner le nouveau chemin appelé de ses vœux par le chef de l’Etat.

Les ministres fragilisés

Le plus fragilisé est aussi le plus fidèle, ce qui montre la difficulté pour Emmanuel Macron à t





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire