L’inquiétude grandit dans le sud des Etats-Unis après une flambée des cas de coronavirus


Records de cas, hausse des hospitalisations, malades plus jeunes… Le sud des Etats-Unis, de la Floride à la Californie, est devenu le point chaud de l’épidémie de coronavirus aux Etats-Unis, entraînant le retour des restrictions.

Près de la moitié des 50 Etats américains ont connu une augmentation du nombre de cas au cours des deux dernières semaines, et certains, comme le Texas et la Floride, affichent des records quotidiens dans le nombre de cas recensés. Ce qui pousse leurs gouverneurs républicains, alliés de Donald Trump, à décréter ou encourager de nouvelles mesures.

Trump au pouvoir, ou la nuit américaine

Le Texas, qui avait très vite entamé son déconfinement début mai, a ainsi enregistré mardi 5 489 nouvelles infections, sur un total de plus de 120 000 cas, un record. Le nombre d’hospitalisations a doublé au cours du dernier mois et les hôpitaux craignent d’être submergés.

L’épidémiologiste Rebecca Fischer estime que le pic des infections est encore loin. Les mesures qui limitent la propagation du virus devraient « idéalement » être en place « le plus longtemps possible », jusqu’à ce que « le débordement ou l’épidémie soient presque éteints », ce qui n’a pas été le cas au Texas, explique-t-elle à l’AFP.

Une explosion des cas chez les jeunes en Floride

En Floride, les images de baigneurs retournant sur les vastes plages de Miami, fermées pendant près de trois mois à cause de la pandémie, avaient fait le tour du monde à leur réouverture le 10 juin, marquant l’espoir d’un retour à la « normalité ». Mais mercredi, cet Etat touristique a également enregistré un nouveau record de nouvelles infections (5 508). Il avait passé lundi la barre des 100 000 cas détectés de coronavirus.

Donald Trump, exécrable chef de guerre face à la pandémie

Le gouverneur Ron DeSantis a déploré la « véritable explosion de nouveaux cas chez les plus jeunes ». Et d’ajouter une sérieuse mise en garde dans ce haut lieu de la fête : les bars et restaurants ne suivant pas les règles de distance physique risquent de perdre leurs licences de vente d’alcool.

La situation a même poussé ce farouche partisan de Donald Trump à prendre le contre-pied du président américain, en déclarant pour la première fois samedi que l’augmentation du volume de dépistage ne pouvait pas expliquer à elle seule le pic d’infections.

« Certains d’entre nous ont eu un petit coup d’amnésie »

La Californie aussi a battu un nouveau record pour le troisième jour consécutif mercredi, avec plus de 7 100 nouveaux cas recensés sur près de 200 000 au total. « Nous ne pouvons pas continuer comme nous l’avons fait ces dernières semaines […]. Certains d’entre nous ont eu un petit coup d’amnésie, d’autres ont franchement baissé la garde », a averti le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, pointant du doigt des comportements à risque. Le port du masque est désormais devenu obligatoire en public dans tout l’Etat.

Déconfinement trop précoce, minimisation… pourquoi la pandémie continue de progresser dans certains Etats américains

L’Arizona voisin a également franchi un nouveau sommet mardi, avec 3 591 nouveaux cas, sur un total de près de 60 000. Plus de huit lits sur dix en soins intensifs étaient occupés lundi (84 %). Depuis que le confinement a été levé le 15 mai, le nombre de cas a été multiplié par quatre, mais la progression a été deux fois plus rapide chez les moins de 19 ans.

Pour l’immunologiste en chef de la Maison Blanche, Anthony Fauci, « les deux prochaines semaines seront critiques » pour combattre ces poussées « préoccupantes ».

Avec près de 330 millions d’habitants, les Etats-Unis affichent le pire bilan du monde en valeur absolue : plus de 121 000 morts et de 2,3 millions de cas détectés. Le nombre de nouvelles infections quotidiennes se rapproche des niveaux record et mercredi matin, plus de 35 900 nouveaux cas ont été recensés en 24 heures.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire