A Nancy, Mathieu Klein porte l’espoir des socialistes



Il est devenu socialiste au moment où cette famille faisait fuir les militants et les électeurs. Aujourd’hui, Mathieu Klein est l’espoir du PS, celui qui, lors du second des tours des municipales, dimanche 28 juin, peut lui faire gagner une nouvelle ville, Nancy. Issu d’une famille d’instituteurs et d’ouvriers, il a choisi de s’engager en politique en pleine affaire Urba, en plein crépuscule du mitterrandisme.

« J’avais 15 ans, je voulais agir sans pouvoir voter. Je voulais défendre le bilan de la gauche et de François Mitterrand qui était injustement traîné dans la boue. J’étais regardé comme un ovni », avoue-t-il en souriant. Arrivé en tête au premier tour le 15 mars (37,9 %) face au maire sortant, le radical Laurent Hénart (34,7 %), il a toujours voulu allier « combat pour la justice sociale et responsabilités ».

Toulo