Peut-il y avoir un nouveau procès Fillon ?



Des déclarations d’Eliane Houlette le 10 juin dernier devant les députés, chacun en a retenu ce qu’il voulait. Les pourfendeurs du système judiciaire actuel y ont vu une critique du parquet (trop proche du pouvoir politique). Les complotistes plus ou moins éclairés, une preuve du complot politique ourdi pour faire tomber François Fillon. Et les plus rompus à ces dossiers judiciaires complexes, une preuve que le système actuel de la justice ne permet pas de faire taire les doutes dès que les personnalités mises en cause ont des responsabilités publiques.

Les avocats de François Fillon, eux, ont décidé de ne retenir que quelques phrases afin de relancer un procès qui était pourtant bien fini. A quelques jours du délibéré – le jugement doit être rendu lundi 29 juin à 13h30 – ils demandent la réouverture des débats. François Fillon a été longuement jugé en février dernier devant le tribunal correctionnel de Paris notamment pour détournements de fonds publics (l’emploi présumé fictif de son épouse Penelope).

Affaire Fillon : « pressions » ou petit règlement de compte entre magistrats ?

« Dysfonctionnements »

« Nous venons de saisir ce jour la 32e chambre du Tribunal correctionnel de Paris d’une demande de réouverture des débats afin que les évènements récents puissent être discutés entre toutes les parties », a annoncé la défense dans un communiqué

« Il nous apparaît en effet que les questions soulevées par l’audition de l’ancienne procureure de la République financier devant une commission d’enquête parlementaire (…) éclairent d’un jour nouveau les dysfonctionnements que nous avons dénoncés dès le début de la procédure », ajoutent les avocats de François et Penelope Fillon ainsi que de Marc Joulaud, Mes Antonin Lévy, Pierre Cornut-Gentille et Jean Veil.

Ils ont retenu ses propos les plus accusateurs : les « pressions » qu’Eliane Houlette aurait subies de la part de sa hiérarchie, à savoir le parquet général. Le fait que la magistrate, aujourd’hui à la retraite, a ensuite souligné que ces pressions n’avaient jamais été d’ordre politique, et que les poursuites contre Fillon ont été décidées par des juges indépendants a été passé à la trappe.

Nouveaux débats, nouveau délibéré

Un nouveau procès est-il donc possible ?

« Le tribunal peut en effet accéder à cette demande, confirme un magistrat. Lundi, la présidente de la chambre qui a jugé François Fillon (Nathalie Gavarino, ndlr) peut décider de reconvoquer toutes les parties. Il y aura alors un nouveau débat contradictoire, la parole sera donnée à tout le monde. »

Le fond du dossier, examiné au mois de février, ne devrait néanmoins pas être rouvert. « Les débats pourraient être très formels », ajoute un magistrat. Si cette demande est acceptée, le jugement serait donc de nouveau mis en délibéré. Si elle est rejetée, le jugement sera rendu est définitif – sauf appel.

Les propos d’Eliane Houlette ont déclenché de telles polémiques sur ce dossier déjà empoisonné, que le chef de l’Etat Emmanuel Macron a saisi pour avis le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) pour « vérifier que le parquet national financier a bien mené son enquête en « toute sérénité », sans pression de la part du pouvoir.

De son côté, la magistrate par la voix de son avocat a déploré que ses propos aient été mal interprétés. « Les pressions qu’elle a mentionnées ne portent pas sur les faits reprochés à M. Fillon ni sur le bien-fondé des poursuites diligentées contre lui », a t-elle insisté.

Du business, de la moto… La nouvelle vie de François Fillon





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire