Une citation tronquée de Sibeth Ndiaye provoque la colère des policiers et de la droite


C’est une phrase de la porte-parole du gouvernement qui n’a pas manqué de faire réagir les syndicats de police et les réseaux sociaux. Mais qui, recontextualisée, prend un tout autre sens.

Thierry Amouroux : « Les soignants se sentent abandonnés, broyés »

Reprenons. Dimanche, Sibeth Ndiaye était l’invitée de l’émission « Dimanche en politique », sur France 3. Elle est interrogée sur Farida, l’infirmière arrêtée la semaine dernière lors de la manifestation parisienne des soignants, après avoir jeté des pierres sur des membres des forces de l’ordre. Face caméra, Sibeth Ndiaye explique : « Moi, je comprends évidemment l’émotion qu’a suscitée l’image qu’on a vue de son arrestation. Mais en même temps, je ne saurais pas expliquer à mes enfants, par exemple, s’il est normal, ou pas, de jeter des pierres sur les forces de l’ordre. »

« Ces propos, tenus par la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, sont indignes de ses fonctions », a réagi le Syndicat des Commissaires de la Police nationale (SCPN), sur Twitter.

Plusieurs voix se sont aussitôt élevées au Rassemblement national (RN) et à droite pour protester et même pour demander la démission de la porte-parole. « Voir un membre du gouvernement relativiser ainsi la gravité d’une attaque contre les policiers est inquiétant », s’est indigné le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau. « Sibeth Ndiaye doit être débarquée », réclame carrément Julien Odoul, élu du RN.

Une citation tronquée

Problème : la citation utilisée pour fustiger la porte-parole du gouvernement est tronquée. Sibeth Ndiaye a en effet d’abord rappelé que « la justice doit s’exercer de manière normale, comme pour n’importe quel citoyen », avant de préciser :

« Quand je ne sais pas expliquer qu’on jette des pierres sur les forces de l’ordre, je ne vois pas en quoi il faudrait l’absoudre. »

« Les propos de Sibeth Ndiaye ont été sortis de leur contexte. Elle a pourtant été très claire et a dénoncé le lancer de projectiles contre les forces de l’ordre », s’agace-t-on dans l’entourage de la porte-parole, rapporte l’AFP.

« Cette polémique n’a pas lieu d’être », a aussi estimé le patron des députés LREM Gilles Le Gendre sur CNews. « Ce qu’elle signifiait, dans le contexte où on l’interroge pour savoir si oui ou non il faut faire preuve de clémence à l’égard de l’infirmière, elle explique : je ne sais pas l’expliquer au sens où je ne sais pas le justifier auprès de mes enfants, autrement dit c’est injustifiable. »

Pendant la crise sanitaire, Sibeth Ndiaye a été accusée à plusieurs reprises par les oppositions de commettre des bourdes, comme par exemple lorsqu’elle a évoqué des enseignants « qui ne travaillent pas ».

« Je ne comprenais pas pourquoi on gaze des soignants » : Farida, l’infirmière interpellée aux Invalides, porte plainte

Jeter des pierres sur les policiers et les gendarmes représente un délit prévu au Code pénal, puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende. L’infirmière a été convoquée par la justice en septembre.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire