Avec « un ventilateur dans une pièce fermée, non aérée », il y a un risque de contamination selon un médecin urgentiste


Selon le médecin urgentiste Gérald Kierzek, si l’air d’une pièce n’est pas renouvelé mais simplement brassé, il y a un risque de transmission du coronavirus. Il pointe notamment les ventilateurs, utilisés dans les Ehpad pour refroidir les chambres.

« Un ventilateur dans une pièce fermée, non aérée, si vous avez une personne qui est malade, il y a un risque de contamination », alerte mardi 23 juin sur franceinfo le docteur Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l’Hôtel-Dieu à Paris.

Il a notamment évoqué un risque accru dans les Ehpad, où « les collègues infirmières et aides-soignantes vont avoir à gérer d’un côté le risque canicule, avec la nécessité de refroidir les personnes âgées, et de l’autre le risque coronavirus, avec des gens potentiellement infectés qui risqueraient, avec le ventilateur, de contaminer d’autres personnes. »

Ouvrir les fenêtres, aérer, pour faire entrer de l’air neufGérald Kierzek, médecin urgentistesur franceinfo

« Le risque, c’est quand vous n’avez pas de renouvellement de l’air », détaille Gérald Kierzek, pointant ainsi les ventilateurs et les systèmes de brassage d’air. En revanche, selon lui, les climatiseurs qui permettent de renouveler l’air, utilisés « dans les trains, les avions, les grands bâtiments » représentent « a priori, peu de risque ».

Selon Gérald Kierzek, il n’est pas dangereux d’installer un ventilateur chez soi, « parce que l’on vit dans un foyer où on est en contact les uns avec les autres ». Outre le port du masque, la distanciation physique, et le lavage de mains, Gérald Kierzek conseille aussi « d’ouvrir les fenêtres, d’aérer, pour faire entrer de l’air neuf ».



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire