A Washington, des manifestants tentent de créer une « zone autonome » face à la Maison-Blanche


Une « zone autonome » presque sous les fenêtes de Donald Trump : c’est ce qu’ont entrepris de mettre en place, le 22 juin, des manifestants antiracistes à Washington. Réutilisant à leur propre compte du matériel de la police permettant de faire barrage à la circulation, ils ont commencé à construire une petite enclave tout près de la Maison-Blanche.

Dans cette enceinte, plusieurs graffitis réalisés sur du mobilier urbain ou encore sur les colonnes de l’église épiscopalienne St. Paul indiquent « Black House Autonomous Zone » (BHAZ), c’est-à-dire « la Zone autonome de la Maison-Noire », en référence à la Maison-Blanche. Située sur une portion de la 16e rue qui a été renommée « Black Lives Matter » par la maire Muriel Bowser, l’endroit constitue dans la capitale américaine le centre névralgique du mouvement de colère né de la mort de George Floyd.

Aux Etats-Unis, la guerre de Sécession n’est pas terminée

C’est notamment ici que s’est déroulée, le même jour, la tentative de déboulonnage de la statue d’Andrew Jackson, cet ancien président au passé esclavagiste dont Donald Trump loue le « populisme ». Des vidéos partagées sur les réseaux sociaux montrent, aux abords des barricades, des instants de tension entre les manifestants et les forces de l’ordre, qui ont fait usage de gaz poivre.

> Regardez les images :

L’initiative des militants de Washington rappelle fortement la CHAZ (« Zone autonome de Capitol Hill ») de Seattle, un quartier où les manifestants revendiquent l’autogestion.

Covid-19 et mort de George Floyd : « la génération Z » est celle du double choc

Les contestataires y ont obtenu, avec l’appui de la municipalité démocrate, le retrait quasi-complet des forces de l’ordre. Un événement qui avait alors fait bondir Donald Trump : « Reprenez notre ville MAINTENANT. Si vous ne le faites pas, je le ferai », avait-il écrit sur Twitter à l’adresse des autorités locales.

La police de Seattle continue toutefois de répondre aux appels d’urgence, et a dû intervenir après une fusillade qui a fait un mort le week-end dernier.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire